La revue de stress de Lolobobo

Une revue de blogs, des audiobooks, des calembours à deux balles, et les des chroniques par un blogueur quadragénaire,père de famille, provincial, non influent et complètement à l'Ouest
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Category En battant la campagne

Fil des billets Fil des commentaires

Le budget de fonctionnement du parti à énergie infinie....

, 08:42

infini0.jpg

Comme beaucoup de gens je regarde les chaines d'infos

En ce moment il y a un feuilleton assez génial qui s'appelle «kiki sra lchef de loposition» C'est un truc a coté duquel les feu de l'amour et Dalles c'est de la gnognote.

C'est tellement impressionnant au niveau des rebondissements que les amateurs de la théorie du complot imaginent même que Larry Hagman aurait décidé de mourir en voyant qu'il n'arriverai jamais a faire mieux avec un scénario de DallasII...

Pourtant même dans les meilleures productions audiovisuelles, il arrive que le scénario ait des incohérences. je vais te donner quelques éléments pour étayer mon propos (comme on dit sur les forum de série télé : ATTENTION SPOILER)

  • La série commence au moment ou Nicolas (le big boss d'une usine de tartes) décide de délaisser l'entreprise familiale (créée par tonton Alain et papy Jacquot) pour aller faire conférencier international en économie.
  • Jean François et François, (les enfants de la famille) décident de reprendre l'entreprise familiale en main.
  • Chacun d'entre eux a des projets pour faire fructifier le business : le premier veut se lancer dans la production de pains au chocolat, l'autre de flans (sauf que leur principal concurrent est déjà spécialiste du Flan)
  • Il décident donc de faire voter les actionnaires pour savoir kissera le meilleurs PDG.
  • Les actionnaires votent
  • Et il semble que les actionnaires eux aussi aiment les pains au chocolats.
  • Mais François, veut ça part du Gâteau (enfin du flan) et ramène sa cerise (sur le gâteau , suivez un peu), il découvre que le vote des actionnaires aurait pu être falsifié...
  • Jean Francois affirme le contraire.
  • François veut un nouveau vote des actionnaires
  • Le service financier rappelle que la boite et fauchée, et qu'organiser un nouveau vote mettra la boite en faillite
  • il s'envoie des tarte à la gueule.
  • horrifiés, et voyant poindre le dépôt de bilan avec ces frasques qui poussent certains actionnaires à se retourner vers la distillerie artisanale de leur voisin Jean-Louis , les cadre sup de la compagnie appellent tonton Alain et Big nico pour essayer de sortir de la crise... (ils auraient bien appelé Jacquo , mais celui-ci c'est reconverti dans le sucrage de fraises)
  • Big Nico met tout le monde d'accord, on va organiser une nouvelle élection, pour savoir si on peut voter
  • François et Jean François sont d'accord
  • puis ils vont tous à la plage.

fin de la saison 1

je t'avais dit que c'était haletant...

Mais il y a quand même une couille dans le scénario

  • si'il n'y a pas de pognon pour faire une élection
  • ou est ce qu'on trouve les sous pour deux élections ?

on invente le budget a génération spontané ?

après je dis ça , je dis rien.

Il y a bien des crétins gens qui pense que les moteurs à énergie infinie existe... d’ailleurs il y a un très bon article sur le sujet là

de souche

, 08:07

Tu ne t'en doutes peut être pas ami citadin, mais dans nos campagnes c'est la pleine saison des châtaignes. Ça fait un chouette objectif de balade avec les enfants. on glane au fil de la promenade quelques fruits qu'on peut faire griller dans la cheminé au retour, histoire de se réchauffer.

Pour peu qu'on soit plus patient (et d'humeur créative) on peut en quelques heures faire un peu de crème de marrons, qu'on utilisera au cours de l'hiver, par exemple pour faire de savoureuses génoises roulées.

Mais les promenades en forêt c'est aussi l'occasion pendant qu'on chemine de laisser vagabonder ses pensées vers toutes sortes de sujets et de réflexions.

Il y a au cœur de la forêt ou nous nous baladons avec les gosses, une clairière nouvelle. avant se dressait la de nombreux chênes, de tous âges, de toutes formes, les forestiers y ont travaillé depuis plus d'un an.

  • D’abord ils ont débroussaillé,
  • Ensuite il ont élagué,
  • Puis il ont abattu les arbres les moins sains,
  • Si le bois n'était pas trop pourri, ils l'ont débité, pour en faire du bois de chauffage, sinon, il l'ont haché pour le répandre sur les sentiers les plus humides pour les rendre plus praticables .

Aujourd'hui dans la clairière, il ne reste que des souches.

Au garde forestier qu'on croise souvent au cours de nos ballades j'ai demandé ce qu'il comptait en faire, s'il les arracherai...

Il m'a répondu «non, les souches resteront là». des champignons vont se développer sur elles, des insectes y pondront, des animaux creuseront leur terrier sous leur racines mortes et lentement, elle vont se décomposer et se fondre dans l'humus. sur les vestiges de ces vieux bouts de bois renaitra une forêt nouvelle plus belle plus saine...

C'est amusant

Mon esprit tordu a fait le lien avec l'expression « de souche» que certains imbéciles accolent à leur nationalité pour rappeler la profondeur de leur racines.

Et je me dis que tout fiers de leurs racines ils oublient tout se qui fait les souches:

  • Le fait qu'elles n'ont plus ni tronc ni branches qui s’élèvent vers la lumière,
  • Que leur profondes racines ne portent plus la vie,
  • Que la pourriture et la vermine les rongent,
  • et que pourtant a leur coté, cependant qu'il s'extasient sur leurs racines bouffées par les champignons, la vie continue, la forêt évolue, grandit et devient belle.

Et pire que tout il oublient un point. c'est qu'avant de pouvoir se vanter de leur profondes racines, il n'étaient à l'origine,comme chaque arbre de la forêt, que de simples glands.

Après, je dis ça, je dis rien

Le changement... c'est médiatiquement

, 08:50

Hier matin a la radio, ça parlait défilé et garden party de l'Elysée... enfin pas garden party, ouverture des jardins, ou je ne sais quoi...

De toute façon on s'en fout un peu

enfin moi je m'en fout

Le fait est que hier matin le journaliste expliquait que la sauterie champêtre et élyséenne serait pour le nouveau président l'occasion de «S'expliquer sur sa vie privée ...»

Ha bon ?

Un président ça doit s'expliquer sur sa vie privée ?

Mais s'expliquer de quoi au fait ?

Alors que j'étais en train de rapidement me demander si le Président Hollande avait cédé à des frasques félixfauriennes ou billclintoniennes et si j'étais passé a coté d'un truc qui allait faire causer la presse pendant u moins un an, le journaliste a rajouté : «... concernant le tweet de soutien de sa compagne à Olivier Falorni»

Ha oui, c'est vrai c'est un gros scandale çà, houla, il nous faut bien 2 mois de bavardages sur 140 caractères, je suis con moi j'avais oublié que c'est la faute à Valérie Trierweiler si Ségolène a loupé son entrée à l'assemblée (ben oui tous les abonnés au compte twitter de Valérie habitent à la Rochelle alors forcement ça fait de l'impact ce genre de tweet), et c'est à François hollande de nous l'expliquer (La preuve à la maison quand ma femme tweete, je publie un communiqué de presse pour expliquer ce qu'elle a voulu dire... quoi , pas vous ?)...

Comment dire

On s'en fout un peu quand même non, il n'y a pas des choses plus importantes que vous voudriez savoir sur le président que ce qu'il pense de twitter et de l'utilisation qu'en fait sa compagne ?

Et ben non, pour les journalistes c'est vital

Parce qu'a partir d'un tweet, on peut broder écrire une histoire, imaginer des intrigues, des histoire de jalousie, et de coup bas entre les prétendantes du monarque.

J'ai juste un peu l'impression que les journalistes sont passés du rapport des faits et de l'analyse politique, à la collection Arlequin.

Sans doute est ce plus vendeur.

D'un autre coté j'ai l'impression qu'au cour des deux dernières décennies, les politiques ont essayé de donner d'eux une image plus «populaire» à travers la presse people. se metant en scène en famille, jouant les parents formidable à scooter avec leur progéniture, au bureau avec femme et enfants, ou avec leurs petits enfants sur la plage en baskets...

Je suis sans doute vieux jeu, mais a mon avis la place d'un politique n'est pas dans la presse people, mais sur le terrain des idées et de l'action.

Si on veut revenir à une politique normale, il va peut être falloir s'occuper d'autre choses que de Twitter et des petites phrases.

Il y a sans doute suffisamment de boulot pour redresser la nation et d'informations dont il faut rendre compte pour que les politiques et les journalistes ne se noient pas dans des considération futiles sur les pseudos histoires personnelles...

Qui finalement n’intéressent personne

quoi que ...

LongoriaParker.jpg

si tu veux vraiment de l'actu people, Eva Longoria et Tony Parker pourraient se une réconcilier

Bon maintenant on peut parler parler des licenciement chez Peugeot, de la réforme du système éducatif, des compagnies pétrolière qui récupérent des licences d'exploration et de plein de truc sur lesquels l'avis de politique m’intéresse vraiment ?

Après, bien sur, je dis ça je dis rien...

Il y a 10 ans, ici même!

, 07:59

jrp.jpg

Il y a 10 ans aujourd'hui, je me levais un matin après avoir très mal dormi.

La veille au soir pour première fois de l'histoire de la seconde république, un candidat de l’extrême droite se qualifiait pour le second tour de l’élection présidentielle.

Un homme qui pour tout programme n'avait à proposer que la haine et le clivage entre les habitants du pays.

Il y a 10 ans, une majorité de français, quelles que soient leur origines culturelles ou politiques décidaient de s'unir derrière un homme.

Pas pour parce que son programme était le meilleur, mais pour défendre un modèle de société. qui met en avant l’Humanisme et union de tous les français, et non pas leur peurs, leurs craintes et leurs oppositions.

Les français se sont unis qu'ils soient de gauche, du centre et de droite pour défendre une idée de la France, celle de l'intégration, de l'école pour pour tous, de la solidarité.

pour lutter contre l'exclusion, la peur, l'obscurantisme.

A l'époque quand un homme ou une femme politique citait Michel Audiard. il disait «Je parle pas aux cons ça les instruit».

mais ça c'était il y a 10 ans.

Aujourd'hui un homme est près a tout, a toutes les promesse, à tous les discours à tous les engagements à tous les excès a tous les rapprochement à tous les reniements pour être élu.

Et quand la responsable de la communication de sa campagne parodie Audiard, elle s'adresse non pas au bas de plafonds qui ont déversé leur haine dans les Urnes, mais à ses adversaires politiques en disant «les socialistes, ils osent tout, c'est même à ça qu'on les reconnaît», histoire de flatter les imbéciles.

Dimanche toi et moi nous voterons (enfin j'espère que tu trouveras bien 5 minutes pour le faire) mais soit certain d'une chose : l’enjeu n'est pas de choisir entre la droite et la gauche, les 5 dernières années et plus encore les derniers 15 jours l'on prouvé.

Nous voteront donc non pas pour un président de la gauche ou un président de la droite.

non pas pour un modèle social contre un modèle libéral.

mais pour un modèle de société.

pour un modèle républicain, ou pour un modèle usé au relents d'extrémisme qui ne dit pas son nom

après je dis ça, je dis rien,

mais si tu es de la droite sociale et républicaine, prend 5 minutes pour lire ceci, c'est juste et c'est beau.

enfin en ce derniers jour de campagne, je voudrai juste dire un gran merci à mes petits camarades de leftblogs qui depuis 5 ans portent un regard atentif sur l'actualité politique du pays. merci les filles, merci les gars :

bon vote à tous.

Le «nous» et le «je»

, 10:32

sarkozy_hollande.jpg

En regardant (un peu) en arrière ce qui c'est dit pendant la campagne, sans me pencher sur le fond, sans non plus écouter les petites phrases, en me concentrant juste sur les articles qui émaillent les propos de chacun, Je m'aperçoit d'un truc.

Les peux prétendant à la présidence n'utilisent pas du tout les mêmes articles.

L'un d'entre eux dit JE

JE protégerai les français, JE réduirai l'immigration, JE relancerai l'économie, JE Maitriserai les déficits. JE sauverai le cassoulet et la saucisses... C'est un homme seul avec la certitude d'être un surhomme, qui nous présente un avenir ou il sauvera la France (et pourquoi pas le monde).

ce qui est étrange c'est que quand on regarde son bilan : JE n'y est pour rien, c'est toujours la faute d'un autre, C'est la faute de La crise, c'est la faute des 35 heures, c'est la faute des immigrés, de l'Europe, des roms, des chômeurs, des délinquants de ceux qui n'aiment pas la France...

Et émettre une critique sur JE, c'est a ses yeux émettre une critique de la France. il s'identifie un peu a notre pays, c'est (pour le moins) bizarre.

L'autre dit plus souvent NOUS

Ce NOUS se sont les hommes et les femmes qui vivent dans notre pays, il nous rappelle que l'avenir de la France, est un projet qui nous engage tous. La France n'est pas le fait d'une personne, mais celui des dizaines de millions d'habitants du pays, qui vivent, travaillent (ou voudraient y travailler), qui participent d'une manière ou d'une autre à la vie de leurs villes et de leur campagnes, et qui au fond d'elles savent qu'elles ont se rôle à tenir et que le changement ne viendra pas d'un homme, mais de notre volonté de changement à chacun.

Quand il dit NOUS, il nous invite, il nous engage à changer...

En mieux.

J'aime bien ça.

- page 2 de 8 -