La revue de stress de Lolobobo

Une revue de blogs, des audiobooks, des calembours à deux balles, et les des chroniques par un blogueur quadragénaire,père de famille, provincial, non influent et complètement à l'Ouest
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Les fauves à jeun

, 15:10

fauve.jpg

Si tu viens sur ces pages depuis la mi décembre tu as sans doute remarqué que j'avais la productivité(sur les blog et les réseaux sociaux) d'un Thierry Crouzet en pleine préparation de son dernier livre :).

N'y vois pourtant aucun désintérêt pour les blogs, le blogage, ni un «burn out» Numérique quelconque, c'est juste que (quelle horreur), je n'ai pas le temps de bloguer.

et pourtant, j'ai lu des truc sympa cette semaine j'ai même découvert que le nom latin du Vautour Pape était «Sarcoramphus papa» (ça fait des années que je le dis moi que le Sarko rend fou, mais personne veut me croire). j'ai aussi appris qu'il y a des des mots à ne pas chercher sur google image, c'est dire.

Mais là j'ai envie de râler un peu (et comme je suis sympa je t'en fait profiter)

le hasard a voulu que ces derniers jour je croise un nombre incroyable de gens «Vrais»

  • de vrais hommes de gauche (de la gauche la vraie), qui aiment à traiter tout ce qui ne chante pas l'internationale de salaud de suppôt du capitalisme rampant...
  • des hommes de la vraie droite (bref de vrais fachos basiques) qui pense qu'une fois que la Marine aura le pouvoirs et qu'elle aura viré tous les étrangers on ira beaucoup mieux
  • J'ai entendu de vrais juifs de vrais musulmans et de vrais chrétiens tenir des propos capable de déclencher une vraie guerre de religions (en oubliant au passage que leurs livre et leur loi respective prêche la tolérance et la charité comme valeur première).
  • J'ai observé de Vrais supporter de foot a deux doigts de se mettre sur la tronche (avec les vrais supporter d'en face) histoire de venger l'honneur de leur équipe qui avait perdu..
  • J'ai vu un vrai écolo faire la leçon a de vraies hystériques du shopping avant de reprendre son vieux diesel hyperpoluant pour retourner dans sa brousse...

J'ai vu et entendu mon lot d'imbécilités pour la semaine (voire pour le mois, ou l'année...)

Derrière chaque tenant d'une quelconque vérité se cache un Vrai Intégriste. ouvrant grand sa gueule et prêt a te dévorer comme le ferait un fauve a jeun...

Bref

et même si ça peut paraitre paradoxal : Les fauves à jeun sont de vrais cons

oui le jeu de mot était facile, mais j'avais envie

Après, je dis ça, je dis rien ;)

1000

, 17:52

aujourd'hui ce blog a 2301 jours

non ne cherche pas ce n'est pas un anniversaire le premier billet de ce blog a été publié le 5 avril 2005.

par contre si j'en crois la superbe interface de gestion de dotclear :

1000billets.jpg

Ceci est mon millième billet

soit environ un billet tous les deux jours et 8 heures.

Merci a toi lecteur qui en a lu au moins un.
Merci aussi ami blogueur toi qui l'a lié une fois.
Merci surtout ami commentateur pour tes avis, observations et conseils.

bon c'est pas tout ça j'ai encore un peu de boulot pour les 1000 suivants :)

le coucou a pris son envol

, 19:48

le coucouCe matin en ouvrant Facebook une petite icône dans la colonne de droite m'annonçait l'anniversaire de Jean-Louis.

Je me suis dit qu'il faudrait que je prenne le temps de poser quelques mots sur son mur.

Puis la journée à filé, quelques minutes sur un devis pour un client, un site web à finir, un peu de temps passé avec les enfants, deux trois tweets, et toujours dans un coin de ma tête l'idée de prendre un peu de temps pour lui souhaiter un bon anniversaire.

Mais j'avais le temps.

Ou du moins je le croyais.

Et puis dans l'après-midi un mel arrive avec un titre qui ne présage rien de bon : Très mauvaise nouvelle.

Et quelle mauvaise nouvelle : Jean Louis, le Coucou de Claviers est mort hier au soir, a la veille de son anniversaire et quelque mois après son épouse avec qui ils ont écrit à quatre mains pendant plus de 40 ans.

j'ai versé (plus d' ) une larme, j'ai senti dans mon âme énormément de tristesse, et dans ma poitrine une boule, qui depuis ne me quitte pas.

Je ne prendrai pas le temps de lui souhaiter son anniversaire, je lui souhaiterai juste de rapidement retrouver celle qu'il a aime et qui j'en suis sur l'attend au paradis de ceux qui partagent de belles histoires.

Bien sur, il va me manquer, comme a tout ceux qui l'ont lu, ou a tous ceux qu'il a lu, de son blog j'appréciais les analyses, la qualité de son écriture, et la finesse de son esprit. Et je lui suis reconnaissant de la gymnastique mentale dominicale que m'ont procuré ses rébus (dont j'ai rarement ressenti la joie immense de trouver la solution).

Il était un de ces amis du web avec qui j’échangeai souvent sans jamais l'avoir rencontré.

il n’empêche que dans la vraie vie je suis triste, les liens du web sont plus que des traces dans le sable.

Bon voyage Jean Louis, salue Marcelle pour moi.

Amis lecteur, si tu veux relire les écrit que Jean-Louis et son épouse on écrit sous le pseudonyme de Michel Grimaud tu peux te rendre sur leur blog.

J'habite au vingt et unième siècle - L'heure des courses

, 18:49

espadrilles J'habite au vingt et unième siècle, quelque part quelque part entre la première cotation en bouse de Google et la fin du monde.

L'un des domaines ou nous avons réussi à surpasser tout nos prédécesseurs c'est la responsabilité, les hommes et les femmes n'ont jamais été aussi responsables que nous le sommes aujourd'hui.

chacun de nos actes est guidé par la quête du subtil équilibre entre la responsabilité sociale, humaniste et écologique.

cette responsabilité se traduit dans tous nos actes.

Hier par exemple, je devais acheter une paire de chaussettes noires pour mettre avec mon costume.

Me voici donc dans une mercerie devant les les chaussettes en nylon, issues à 100% de l'industrie pétrolière. Bien entendu en ces temps de taxe carbone, de marées noires et d'appauvrissement des ressources naturelles, hors de question de participer (au pillage des ressources, à la fin des goélands, à l'effort collectif contre la faillite de la nation, je te laisse cocher la cause qui engage le plus ta responsabilité).

J'essaye autre chose. Autant te le dire tout de suite, la chaussette en fil d'Écosse made in Boukmenistan du sud, fabriquée par des gamins, pour un salaire de misère, (alors qu'ils pourraient gagner jusqu'à 10.000 euros en étant au lycée) choque un peu mon sens de l'éthique.

Je me sent sur le point de craquer pour des chaussettes issue du Commerce Équitable coutant un bras chacune (autant te dire que les bras m'en tombent pour la paire ) elles sont en en coton mal tissé qui gratte (ça fait plus authentique), et fabriquées par une coopérative ouvrière du Sud de l'Inde. les chaussettes sont a la fois éco responsable et socio responsable mais leur bilan carbone pitoyable m'oblige a les écarter de mon panier.

Alors j'ai acheté une paire d'espadrilles basque, fabriquées par des salariés réunis en Scopp pour préserver une activité dans une vallées de Pyrénées.

Je me sent incroyablement responsable et respectueux de la terre et de ses habitants.

par contre demain je risque d'être un peu ridicule en rendez vous clientèle ....

Meri à bondidwhat pour la photo de ses ses Espadrilles

J'habite au vingt et unième siècle

, 09:33

Vannes - Coleno

Il y a quelques temps une pensée m'a traversé l'esprit. Tu te doute que dans un lieu aussi vide elle ne pouvait pas passer inaperçue. Bien sur elle a tout fait pour se faire discrète, histoire de ne pas se faire remarquer; pourtant même en se hâtant de traverser le no man's land situé au carrefour de mes oreilles sa démarche prudente, et sa tentative désespérée de se rendre invisible ne pouvaient échapper au regard acéré de mon œil intérieur.

Tu remarquera ami lecteur comme cette image de moi le cerveau vide , les yeux révulsés, tournés vers une intrigante et charmante idée me font ressembler à quelque créature du docteur Frankenstein, certes non dénuée d'intérêt, mais quelque peu inquiétante. Mais je m'éloigne du sujet, j'y reviens.

Comme je te le disait une idée m'a traversé l'esprit et a retenu mon attention :

Tout comme on habite l'espace, on habite le temps.

Avant que tu ne t'enfuis en courant, (je comprend un type aux yeux révulsés au cerveau vide qui t'annonce comme ça un samedi après deux paragraphes : tout comme on habite l'espace on habite le temps, ça fout les chocottes, moi même si ça m'arrivait je partirait en hurlant...)

Mais contrairement au type inquiétant qui l'assène, l'idée elle est séduisante.

En effet, toi et moi amis lecteur habitons un espace qui nous est propre, tu le sais, j'habite dans la campagne bretonne, et pour ta part, tu sais ou tu habites (du moins je l'espère, sinon, vient chez moi, on créera une communauté de types a l'esprit creux et aux yeux révulsés.). Cet espace qu'on habite, cet environnement proche fait parti de notre culture, et contribuera a la manière dont nous réagissons en société en faisant de chacun de nous le membre d'une communauté géographique plus ou moins étendue avec laquelle on entretien des liens plus ou moins distendu. Celle la même que le chanteur appelle la communauté «des imbéciles qui sont nés quelques part».

Oh tu peux te défendre d'en être et pourtant, il y a toujours un moment ou le fait que tu sois un gars (ou une fille) de la ville ou de la campagne, du sud ou du nord, d'un continent ou d'un autre influencera tes réactions.

Nous habitons donc l'espace toi et moi un espace qui nous est propre et contribue à notre façons de voir le monde.

et pourtant l'espace n'est pas tout

Le temps est aussi un lieu ou nous vivons. moi qui écrit sur un blog et toi qui me lis, vivons peut être à des centaines (ou des milliers) de kilomètres l'un de l'autre et pourtant nous ne sommes éloignés que de peu de temps, quelques minutes, quelques jours, quelques semaines, mais en tout cas, nous sommes d'un seul siècle.

Toi et moi sommes des habitants du vingt et unième siècle, nous résidons tous deux quelque part entre entre le bug de l'an 2000 et la fin du monde...

nous habitons dans une époque de paradoxes ou les faits, le croyance les espoirs et les modes sont à la fois tristes et amusant grandioses et ridicules futile et passionnant.

C'est notre temps commun, l'époque que nous partageons, dont nous sommes à la fois les architectes, les bâtisseurs et les résidents, et j'ai très envie d'écrire deux ou trois posts la dessus

Et toi ami lecteur, mon voisin temporel, auras-tu envie de les lire ?

- page 1 de 19