le coucouCe matin en ouvrant Facebook une petite icône dans la colonne de droite m'annonçait l'anniversaire de Jean-Louis.

Je me suis dit qu'il faudrait que je prenne le temps de poser quelques mots sur son mur.

Puis la journée à filé, quelques minutes sur un devis pour un client, un site web à finir, un peu de temps passé avec les enfants, deux trois tweets, et toujours dans un coin de ma tête l'idée de prendre un peu de temps pour lui souhaiter un bon anniversaire.

Mais j'avais le temps.

Ou du moins je le croyais.

Et puis dans l'après-midi un mel arrive avec un titre qui ne présage rien de bon : Très mauvaise nouvelle.

Et quelle mauvaise nouvelle : Jean Louis, le Coucou de Claviers est mort hier au soir, a la veille de son anniversaire et quelque mois après son épouse avec qui ils ont écrit à quatre mains pendant plus de 40 ans.

j'ai versé (plus d' ) une larme, j'ai senti dans mon âme énormément de tristesse, et dans ma poitrine une boule, qui depuis ne me quitte pas.

Je ne prendrai pas le temps de lui souhaiter son anniversaire, je lui souhaiterai juste de rapidement retrouver celle qu'il a aime et qui j'en suis sur l'attend au paradis de ceux qui partagent de belles histoires.

Bien sur, il va me manquer, comme a tout ceux qui l'ont lu, ou a tous ceux qu'il a lu, de son blog j'appréciais les analyses, la qualité de son écriture, et la finesse de son esprit. Et je lui suis reconnaissant de la gymnastique mentale dominicale que m'ont procuré ses rébus (dont j'ai rarement ressenti la joie immense de trouver la solution).

Il était un de ces amis du web avec qui j’échangeai souvent sans jamais l'avoir rencontré.

il n’empêche que dans la vraie vie je suis triste, les liens du web sont plus que des traces dans le sable.

Bon voyage Jean Louis, salue Marcelle pour moi.

Amis lecteur, si tu veux relire les écrit que Jean-Louis et son épouse on écrit sous le pseudonyme de Michel Grimaud tu peux te rendre sur leur blog.