printempsarabe.jpg

En début de semaine, quand les représentants libyen ont annoncé qu'en attendant l'élection d'une assemblée constituante, il allaient se référer à la charia, les occidentaux que nous sommess, nous qui sommes des grands défenseurs de la libertés et des droits de l'homme (et de la femme) avons été outrés.

En milieu de semaine, quand la Tunisie a porté à sa tête un parti islamiste (fut il modéré) , les occidentaux que nous sommes, nous qui sommes des grands défenseurs de la libertée et des droits de l'homme (et de la femme) avons été outrés.

combien de fois cette semaine j'ai pu entendre :

«C'est vrai ça, il voulaient la liberté, il se sont révoltés pour que leurs droits soient respectés,ils ont chassé les tyrans et maintenant, il s'enferment dans des règles d'un autre temps ? je ne les comprend pas».

j'ai même du le dire une fois ou deux

en fait nous n'avons rien compris...

pour la majorités des peuples dans la rue qui a fait les révolutions,

Ce ne sont pas les tyrans qui les dérangeaient,

ce n'est pas le besoin de liberté d'égalité et de fraternité qui les galvanisaient

non ce qui les a amené dans la rue c'est la vie chère et la crise économique mondiale qui les frappent de plein fouet eux les plus pauvres .

et pour ceux qui aujourd'hui héritent le pouvoir, ce n'est pas le besoin d’égalité qui les poussent,

c'est l'envie d'acheter une paix sociale.

et si la religion est l'opium du peuple, la charia devrait calmer le peuple un moment.

on ne fait pas la révolution pour la liberté, on la fait parce qu'on a faim.

la liberté ne nourri pas son homme, hélas!