Le fait que certains slogans de campagne ressemblent à s'y méprendre à des slogans de Giscard m'a fait repenser à l'une des plus célèbre passe d'armes du couple de candidat Mitterrand/Giscard ...

En 74, quand le premier disait « c'est une affaire de cœur et non pas seulement d'intelligence », le second lui répliquait «Vous n'avez pas le monopole du cœur»...

C'est amusant mais quand je regarde et j'écoute le «nouveau candidat de la droite» je me sent projeté 40 ans en arrière (ou presque).

Le débat est le même (ou presque), le partage des richesse, le partage des charges entre les plus riches et les plus pauvres.

et pourtant je vois une différence.

Je ne suis pas (du moins je m'y efforce) un militant borné qui a tout prix veut défendre un candidat face à un autre, mais avoir le bilan du président sortant, je m'interroge.

Dans ce perpétuel débat qui oppose le coeur et la raison, j'ai l'impression que de nombreux choix ont été faits non pas en fonction de la raison, et de l’intelligence, mais plutôt en fonction de choix personnels et affectif.

  • En choisissant d'aider financièrement sa famille politique (bien souvent du coté des plus riches),
  • en prenant des décisions touchant à la justice et à la police non pas en fonctions d'objectif en long terme, mais en réagissant au faits-divers,
  • En choisissant d'avancer dans une direction a tout prix, puis en revenant sur ces decisions afin de satisfaire tel ou telle corporation, engageant à l'occasion des dépense inconsidérée.
  • En cherchant a tout prix à se faire aimer... a droite, et même a l'extème droite.
  • En privilégiant le fait d'être aimer à celui d'être juste

En promettant qu'on sera bon, et fort quand nombre des promesse qu'on a faite n'ont pas étés tenues.

en ayant pourtant un bilan qui démontre, qu'on n'est ni si bon, ni si fort que ça.

  • être fort, ce n'est pas être dur
  • Aimer la France ce n'est pas vouloir la contrôler en tout, ni lever les français les un contre les autres, mais vouloir un pays meilleur pour chacun de ses habitants
  • être aux cotés du peuple, ce n'est pas le flatter mais agir au mieux des ses intérêt.

Vous, n'avez monsieur je président pas le monopole de L'intelligence

Quand au coeur ?!


Le Chanteur Masqué - Nouveau Président par D_Super

Après moi, je dis ça , je dis rien...