Contrairement a ce que pensent certains, je ne suis pas un blogueur politique, dans le sens ou tout mes billets ne traitent pas, loin s'en faut, du débat politique.

Par contre je me sent blogueur de gauche car j’essaye de mettre dans mon écriture et mes choix éditoriaux des valeur humanistes plus a gauche qu'à droite.

Après, je dis ça, je ne dis rien.

Depuis le début de la campagne, nombre de mes copains de blogs, bien plus politisés que moi ont fait campagne pour tel ou tel candidat, faisant valoir les arguments des uns et ceux des autres, débusquant les petite phrases et les coups bas.

A chacun, ensuite, de faire ses choix et de voter pour celui (ou celle) qui lui semblera le plus apte de défendre ses idées.

Pourtant, en me prenant 5 minutes et en analysant froidement la situation quelques réflexions me viennent, et je vous propose de les partager avec moi.

Dimanche au moment de voter, le but ne sera pas de choisir le meilleur président pour la droite ou pour la gauche. mais de choisir le président de tous les Français.

Celui (ou celle) qui sera élu sera confronté à une mission délicate, dont on nous rebat les oreilles depuis des années maintenant : réduire et stabiliser la dette qui a augmenté de manière catastrophiques ses 5 dernières années. Qu'on le veuille ou non, ce sera un grand chantier a entreprendre après des années de laisser aller.

Pourtant celui (ou celle) qui prendra les rêne du pays devra être très attentif à l'exemple que nous donnent les autres pays d'Europe : Jouer la carte de la rigueur sans tenir compte de la relance économique et de la croissance, c'est risquer de se retrouver dans la situation de la Grèce de l’Espagne ou de l'Italie, et devoir enchainer les plans de rigueurs sans jamais voir la croissance revenir.

Il faudra être réaliste. Je vois ces dernières semaines des personnes céder à l'attrait des questions (parfois judicieuses) que se posent les représentants de l’extrême droite. Je les invite a s’interroger sur les réponses qu'ils proposent.

De même, les représentants de la «vraie» gauche se mobilisent, ils dressent le tableau d'un futur meilleur ou les travailleurs seront seuls maitres du destin du pays. Il prônent un changement radical. mais je l'ai dit au début de ce billet on cherche le président de tous les français, et changer radicalement le fonctionnement d'un pays c'est demander a chacun de changer. Alors je vous pose la question, êtes vous réellement prêts à vous engager pour un nouveau modèle de société ? prenez le temps de réfléchir à votre réponse.

J'ai bien peur que même si vous êtes prêts à faire des efforts, vous préfériez participer à une évolution, plutôt qu'à une révolution.

Donc arrêtons un instant de fantasmer.

  • Des années difficiles nous attendent, et celui qui représentera la France devra être capable de projeter son action plus loin qu'un quinquennat,
  • il devra tracer un cap regarder loin,
  • rassembler face à adversité,
  • impliquer chacun d'entre nous, proposer, écouter et décider, sans s'agiter au rythme des remous médiatiques.
  • Les choix qui seront pris dans les 5 années à venir (au moins) seront je le crains difficiles, voir dur. mais s'ils sont fait de manière juste, en impliquant chaque français, ils seront plus facile a accepter.

Fini de rire,

  • Celui à qui on va demander de présider la France,
  • nous accompagnera dans des années difficile,
  • il devra se garder de promettre des lendemains qui chante,
  • il devra résister a la facilité d'agir sur le cout de l'impulsion,
  • mais devra être attentif a faire les choix qui feront le moins de mal possible aux français.

Dimanche le but n'est pas de se faire plaisir dans le bureau de vote.

mais de choisir celui qui nous donnera l'envie de changer en mieux.

Tu trouveras 17 raisons de voter pour celui qui est le plus capable de nous engager sur cette voie Ici