Au risque de paraphraser Forrest Gump, je te dirai que Google c'est comme une boite de chocolats : on sait jamais sur quoi on va tomber avant de l'ouvrir, sur un bon outil, ou sur la déconvenue de le voir disparaitre.

depuis quelques mois, je suis d'un œil distrait (désolé, j'ai beaucoup de boulot en ce moment) le pérégrinations de mes copains blogueurs à la recherche d'un outil pour gérer leur flux rss.

Je crois que l'Ami jegoun a du tester dans la période presque toutes les solutions alternatives a Greader, et pour finalement s'orienter vers une nouvelle plateforme de lecture de flux.

C'est un choix.

personnellement j'ai décidé de m'orienter vers une solution libre. comme je manque un peu de temps pour approfondir le sujet, j'ai fait simple, j'ai copié le fichier de KrISS Feed sur mon hébergement web, j'y ai importé mon, flux OPML.

çà m'a pris 5 minutes et j'ai un (beau) lecteur de flux qui marche sur mon site.

Peut être que dans quelques semaines, je fouillerai plus le truc, pour le moment ça ira. si tu veux toi aussi tenter l’expérience, l’excellent Seb Sauvage t'explique tout sur son site

le gros avantage que je vois au truc c'est que j'ai accès a un outil en ligne, utilisable sur mon pc, mais aussi sur le navigateur de mon smartphone, qui ne dépend absolument d'aucun prestataire extérieur.

car même si les webservices propose souvent des solutions simples et conviviale, le soucis c'est quand même la dépendance qu'il créent pour l'utilisateur final ; si un web service s'arrete, l'utilisateur se trouve coontraint de trouver une nouvelle solution de remplacement (et risue ùême parfois de perdres toutes les données qu'il a utilisé pendant des années.

Même si on en a beaucoup parlé cest dernières semaines, le cas de google reader n'est pas isolé :

  • Twitter, par exemple vient de modifier ses API et leurs conditions d'utilisation, ce qui rend inutilisable nombre d'application qui utilisaient ses services.
  • Google nous avait déjà fait le coup d’arrêter des outils, comme par exemple Google Wave, ou de supprimer des options (comme les feedflare dans feedburnner par exemple (a propos duquel nombre de blogueurs et webmasters s’inquiètent de savoir si lui aussi ne sera pas suspendu a un moment).

Bref, choisir un service web fourni gratuitement (ou pas) par un prestataire, c'est risquer à tout moment de se retrouver privé de ses outils (ou de ses jouets ;) ).

ce qui m’amène au titre de mon billet.

30 euros, c'est grosso modo le cout annuel d'un petit hébergement web (associé généralement à un nom de domaine) chez un hébergeur web pro.

pour ce prix mirifique, vous bénéficiez :

  • d'une ou plusieurs adresse mail (et un nom de site) a votre nom (la grande classe)
  • d'un espace de stockage suffisant pour installer quelques outils web (un blog, un lecteur de news, un compilateur de flux, un digglike, une plateforme de partage de ficher ou une galerie de photos ou de multiples autres truc amusants)
  • après vous n'avez plus qu'a faire votre shoping pour trouver les outils web que vous voudrez installer : framasoft par exemple propose plein de solutions libres (et souvent gratuites) qui couvre la plus part des besoins

certes ça demande généralement deux petites compétences technique :

  • être capable d'installer un logiciel de ftp sur votre ordi pour copier les fichier sur votre serveur comme par exemple l’excellent Filezilla (libre et gratuit lui aussi)
  • et être capable de se rappeler le nom de sabase de donnée et de ses mot de passe ftp et base de données (et encore, nous pouvez les noter quelquepart)

Mais il y a un gros avantage de tout ça : c'est qu’avec 30 euros vous vous achetez d'une certaine liberté d'esprit et une sérénité quant à la pérennité des services que vous utilisez sur le web (ben oui c'est vous qui décidez)

après, comme d'hab, je dis ça, je dis rien