Il y a des mots qui nous font rêver. Ou, du moins s’ils ne font pas rêver qui nous projettent dans une sorte d’imaginaire collectif.

Prends par exemple le mot « start-up » quand tu l’entends, tu penses à toutes ces boites qui se sont montées dans un garage ou sur une table de cuisine et à leur réussite. Du moins à la réussite de leurs fondateurs. Parce que c’est ce qu’on médiatise beaucoup.

Alors quand tu entends un candidat à la présidentielle qui te dit :

« Une start-up nation est une nation où chacun peut se dire qu’il pourra créer une start-up. Je veux que la France en soit une »,

ben tu te dis que oui, c’est le sommet de la coolitude

Parce que dans ta tête, une start-up c’est une boite qui part de rien pour devenir un projet incroyable.

Ce qui est ballot, c’est que ce faisant tu fais abstraction du « coté sombre » de l’esprit start up

  • par exemple tu fais complètement abstraction de toutes les start-ups qui se sont lamentablement plantées.
  • Tu fais complètement abstraction des salariés de ces boites qui se sont lamentablement plantées.
  • Tu fais aussi abstraction de ses boites qui quand elles se présentent te disent qu’elles sont des start-up, et, qui quand tu regardes leur organigramme de plus près, n’ont pour « employés » que ses stagiaires avec un statut on ne peut plus précaire. Tu n’y crois pas, vas jeter un œil sur la page Facebook de génération précaire, c’est édifiant.

En fait une start-up, si c’est loin d’être une histoire de réussite, c’est souvent une histoire de management par le stress.

Le management par le stress c’est cette manière complètement dingue et indécente de gestion du personnel qui vise à pousser les employés à fournir constamment le meilleur d’eux-mêmes en les mettant en concurrence, en valorisant la réussite, en dénigrant L’échec, et en donnant au salarié la pleine et entière responsabilité de l’échec du groupe.

Le management par le stress c’est dire : si tu n’arrives pas à faire ce qu’un autre a réussit, tu es nul.

Ce qui pourrait être amusant, si ce n’était pathétique, avec cette méthode, c’est que pour le pseudo manager qui utilise cette méthode, il suffit qu’un seul de ses subordonnés réussisse à tenir un objectif inatteignable pour que l’incapacité des autres soit inacceptable.

Dit comme çà c’est monstrueux, n’est-ce pas.

keepcalm.jpg

Alors faisons un saut d’un peu plus d’un an en arrière.

Quand on nous a promis un start-up nation, on nous a bien parlé des « premiers de cordées » qui créeraient leur « start-up » pas de ceux qui seraient derrière.

Et, tu diras sans doute que je suis cynique, mais si je fais une relecture de la dernière année dans la La start-up nation, j’ai un peu l’impression que ce qu’on y met en avant c’est plus le management par le stress que la « succes-story ».

Quand on vois ces lycéens qu’on envoie passer leur bac alors qu’on vient de leur dire que Parcoursup n’a rien à leur proposer.

  • Quand on explique à des retraités qu’il doivent payer plus parce qu’ils on déjà bien trop reçu
  • Quand on prend chaque mois 5 euros aux plus pauvres sur leurs prestations sociales tout en rendant u « trop perçu » aux plus riches
  • Quand on ramène un mouvement de grève des cheminots à une simple revendication salariale, alors que dans leurs revendications il y a aussi une volontés de défendre le service public.
  • Quand on traîne devant les tribunaux des personnes qui ne font preuve que d’humanité.

Je te laisse compléter la liste je suis sur que tu en trouveras d’autres,

Bref quand on incite l’ensemble de sa population à prendre individuellement la responsabilité de sa situation du pays.

On ne garde de l’esprit start-up que le mauvais management des ressources humaines en faisant fi de tout le reste.

On demande toujours plus sans jamais reconnaître les effort on humilie les plus fragiles pour voir jusqu’où peut aller leur capacité d’acceptation, de renoncement.

Mais tu vas me dire que je suis une langue de vipère.

d’un autre côté tu me connais.

Je dis ça, je dis rien.