Suivre la revue de stress sur Facebook Suivez moi sur twitter Suivre la revue de stress sur google+ abonnez vous au flux rss |Aller au contenu | Aller au menu Aller à la recherche

La revue de stress

Mot-clé - logiciel

Fil des billets - Fil des commentaires

On a failli attendre

Attention Ami lecteur , cet article :

  • Est petit plaisir de développeur,
  • n'apporte rien au débat
  • Semblera long a ceux qui n'ont jamais du optimiser un site pour IE6

te voilà prévenu, si tu ne veux pas perdre 5 minutes a la lecture d'un article de geek, passes ton chemin

Par contre si une fois dans ta vie tu as du développer un site web, ou un script javascript ou quoi que ce soit d'autre qui tourne dans un navigateur web, tu as été confronté a la question de la compatibilité de ton site avec les différents navigateurs.

Si tu n'a jamais développé de site internet, mais que tu navigues sur le web, tu as sans doute réalisé que certains sites ne se comportent pas exactement de la même manière selon le navigateur avec lequel tu les consultes.

Car si il existe une structure dans le monde qui s'efforce de définir des standard commun pour le développement web, il faut comprendre que les éditeurs de navigateurs web sont confrontés à un problème, comme ils créent tous des logiciels qui font grosso modo la même chose (consulter des pages webs) ils essaient de proposer à leurs utilisateurs des fonctions innovantes pour se démarquer de la concurrence.

Ce qui fait que grosso modo chaque navigateur fait un peut ce qu'il veut avec les "norme du web" et que finalement certains éditeurs de navigateurs décident de s'affranchir de la norme pour faire un peut ce qu'ils veulent.

Heureusement (enfin, presque) cette attitude consistant a faire un peu n’importe quoi pour faire mieux que les autre semble se tasser un peu. certes, certains navigateurs sont un peu en avance (ou en retard) sur l’intégration de nouvelles fonctions de la norme, d'autre s'essaient à lancer de nouvelle fonctions (qu'ils sont seul à accepter), mais globalement, le débogage d'un site web (pas trop complexe) et quand même un peu plus simple qu'il n'était.

Car dans l'histoire du web, il y a eu UN navigateur en particulier qui a fait s’arracher les cheveux a celles et ceux qui développent des sites web : Internet explorer version 6.

Le gros problème d'IE6, c'est que c'était le navigateur par défaut de Windows Xp, et que persuadé que tous le monde utiliserait le navigateur par défaut de leur système d'exploitation, les ingénieurs de chez Microsoft se sont dit qu'il pouvaient développer n'importe quoi...

Le problème c'est que même si ont leur donne un système d'exploitation par défaut, les utilisateurs choisissent quand même de faire ce qu'il veulent.

Le dernier problème, c'est que Microsoft étant le plus gros éditeur de systèmes d'exploitation du monde, les ordinateurs équipés d'IE6 se sont retrouvé installés dans de nombreuses grandes (et petites) entreprises et que par fautes de mises a jour (non faites ou ne pouvant être faites pour des raison de compatibilité), développer des sites compatible avec IE6 a été un cauchemar pour les développeur web pendant près de 10 ans...

déclenchant chez les développeurs de sites web, des pulsions meurtrières, et des envies de meurtres

Et puis il y a quelques mois, les équipes de Microsoft ont annoncé qu'il ne mettrai plus a jour Windows XP, et il incite fortement ses utilisateur à passer à un nouveau système d'exploitation (édité par eux bien sur)

En expliquant partout sur son site que Windows XP c'est le mal.

Comme je vais rarement sur le site de Microsoft je n'ai découvert que ce matin cette petite animation (cliques sur la copie d’Écran pour la voir)

Presse-papiers-1.jpg

ben tu sais quoi

c'est un vrai plaisir de voir que même chez Microsoft ils ont envie de prendre IE6 à coup de fusil

Mais çà aura pris du temps

Après, je dis çà, je dis rien...

Amis de la musique en streaming : Hip Hop c'est pas du pipeau :)

Toi qui aimes écouter de la musique en bossant

Imagine une application :

  • gratuite,
  • multiplateforme (bientôt),
  • qui te propose d'écouter de la musique en steaming,
  • sans abonnement ni limitation,
  • en piochant dans une phonothèque de 45 millions de titres,

...

interface-hip-hop-sia.jpg

C'est ce que propose Hip-hop un projet open-source qui s'appuie sur l'API Youtube pour proposer une petite appli qui permet de gérer ses playlist.

personnellement je le teste depuis ce matin, et je trouve plutôt sympa ce petit outil

C'est ce que propose çà se découvre et çà se télécharge ici

Après, je dis çà je dis rien

A la santé de l'Open data

Je met quelque fois du temps avant de me décider à écrire un article, en mars dernier Séverin Naudet responsable d'Etalab (et ancien membre du cabinet de l'ancein premier ministre François Fillon) avait pondu un article pour slate.fr ou il expliquait comme le gouvernement Sarkozy était vachement précurseur en matière d'Open Data

A l'époque j'avais (un peu) ricané, en effet :

  • la plus grande partie des documents composant la base documentaire dont il parlait à l'époque avait été mise en ligne quelque jours plus tôt. ce qui (a mon avis) signifiait qu'il avait quand même fallut pas loin de 5 ans pour que l'open Data deviennent un sujet «important» pour le précédent gouvernement.
  • Dans l'article Séverin Naudet rappelait que contrairement au gouvernement Fillon le gouvernement Jospin n'avait pas rendu disponible beaucoup de données sur internet mettant çà sur une volonté politique). Tu noteras que le gouvernement du front populaire n'en avait pas mis non plus beaucoup en ligne, ce qui bien sur n'a rien a voir avec le développement et de la place du réseau Internet à l'époque, mais prouve comme ces cachotier de gauche ne sont pas prête à partager leur informations.
  • Enfin j'avais trouvé ça rigolo sur le coup qu'une grande partie des «données ouvertes» proposées par l'équipe d'Etalab le soient sous forme de fichier Excel (qui est un format propriétaire) là ou le choix du format opendocument (qui est supporté à la fois par les suite bureautiques libre et les dernières version de la suite de Microsoft) eut sans doute été plus judicieux

Mais ce sont la des points de vue qui ne feront réagir que les geeks expérimentés ;) ,et tu me connais, je suis un affreux médisant.

En plus tu vas me demander pourquoi je te parle d'open data.

Je suis même sur que tu vas me demander ce que c'est que l'opendata d'ailleurs.

Et bien l'open data, c'est un choix que fait un organisme public (ou privé) de mettre a disposition du public des données électroniques afin qu'elles puisse être réutilisée s librement.

Je te donne un exemple (certes un peu pipi caca) mais qui parle généralement à tout le monde.

Il y a quelques années, la Mairie de Paris a décidé de se lancer dans une politique d'ouverture de ses données, c'est a dire que quel qu'un c'est dit : «au sein de la mairie, on à plein de données et de fichiers informatique, qui ne sont pas obligatoirement trés confidentielles, mais qui ne servent qu'a une ou deux personnes» si on les rendait accecible au public, peut être que certains particuliers (ou entreprises) y trouveraient un intérêt.

parmi ces fichier, on trouve une liste de toutes les sanisettes et de toilettes publique de la ville.

Je suppose qu'elle doit être à l'origine diffusée auprès des monsieur et madames pipi de la ville (Merki) et des fournisseur sde PQ de la municipalité qui doivent les approvisioner.

Cependant en rendant ce fichier disponible dans le cadre d'une procédure Open data, on permet a un développeur web de talent (Romain pour ne pas le citer) de proposer un petit site mobile qui te permet ou que tu te trouve dans Paris un lieu ou te soulager.

Ne ricane pas au fond de la classe...

en mettant a disposition ces données essentielles la mairie de Paris, offre en fin de compte, un service au public :

  • Sans avoir a débourser un sou (c'est au développeur du service de trouver un modèle économique )
  • Et en améliorant le quotidien des parisien et des visiteurs de passage.

C'est bizarre, mais généralement quand je parle de pipi caca, les gens comprennent mieux l’intérêt de la chose....

Bref l'open Data offre un accès a des données publiques

  • qui existent mais sont sous exploitées
  • qui on généralement couté un bras à recueillir (l'info coute cher)
  • en donnant la possibilité à tout à chacun de les réutiliser pour offrir un service aux utilisateurs

et c'est bien.

Ainsi on peut imaginer plein de service avec le développement de ces jeux de données.

Par exemple, imagine,a l’échelle d'un département rural , souvent, plusieurs villes mettent en place des services de transports en commun, cependant qu'un (ou plusieurs) opérateurs propose des transports interurbains. imagine que tout ces opérateur décide de rendre public les horaires de leur ligne, et la liste des arrêts, une bonne âme pourrait ainsi mettre en place un service de calcul d'itinéraire en transport en commun à l’échelle du département, ce qui permettrait de développer des transports partagés et économiques (ce qui n'est pas négligeable, même si les produit pétrolier vienne de voir chuter leur prix vertigineusement de 6 cents ;) )

Après je te laisse imaginer tout ce que tu veux

va faire un petit tour sur les dernières contributions de Data.gouv.fr, je suis sur que tu trouvera plein de trucs intéressant (que tu sois journaliste, chercheur, ou développeur), tu pourra aussi découvrir quelques exemple de projet open data à l’échelle locale.

Après c'est quoi le lien avec le titre ?

barack-a-biere.jpg

ho! pas grand chose, juste une news qui m'a fait rire ce week-end.

On dit que Barack Obama est un amateur de bière de garage, et qu'il produirait sa propre bière à la maison blanche.

il a d'ailleurs du se justifier du fait qu'il avait financé sa panoplie de petit brasseur sur sees propre denier, e qu'il utilisait dans sa conception des produit locaux...

Mais l'électeur américain est curieux

il veut connaitre la recette du nectar présidentiel, une pétition a été lancé à ce sujet.

et la maison Blanche a accepté de donner la recette quand 25 000 signataires l'auront paraphée...

On passe de l'open data à l'Open Bar

Avec toute cette bière , si j’étais Romain je me lancerai dans la mise en ligne de «Pee in Washington»

après, je dis ça, je dis rien.

La tête dans les étoiles

Depuis vendredi et jusqu’à lundi soir c'est Les «Nuits des Étoiles». Comme chaque année à la même époque, la terre croise des poussières issues de la comète Swift-Tuttle.

Celles ci pénètrent l’atmosphère en s’enflamment formant une pluie d’étoile filantes semblant venir de la constellation de Persée

Cest pour cela qu'on les appelles les perseïdes...

Bon

Maintenant que j'ai bien fait le kéké en vous donnant d'un bloc toutes mes connaissances en astronomie, je suis fort embété, parce que miss zyeux jaunes profite de cette occasion pour :

  • me suggérer de veiller un peu plus tard ce soir pour voir les étoiles filantes
  • et me bombarder de question sur les étoiles, «c'est quoi son nom à celle la ?», «elle est ou l'étoile du berger ?», «et la grande ourse ?»...

et la je sais pas quoi lui répondre...

c'est vrai ça, moi je suis un garçon de la ville, mon ciel est surtout éclairé par les réverbères

Heureusement saint Google de tout les geek a œuvré pour moi en proposant une petite appli android gratuite, qui grâce au GPS est capable de me dire quelles sont les différentes constellation étoiles planètes (et même essaims d'étoiles filantes) qui sont visible autour de moi :Google Sky Map

Je ne sais pas ce qu'en penseront les astronomes chevronnés, mais pour moi qui n'y connait rien c'est tout simplement fascinant.

Je vais pouvoir rester encore quelques heures l'homme le plus génial du monde au yeux de ma fille

et çà, ça n'a pas de prix ;)

googleskymap.jpg

Emma Bovary est un thon...

Brian Joseph Davis est un américain passionné de littérature et de nouvelles technologies, il a eu l'idée il y a quelque temps de marier ces deux passions dans un projet disponible sur tumblr : the composites.

Le principe en est assez simple, il intègre, les descriptions faites par les auteurs de leurs héros et héroïnes,au logiciel de création de portraits robots utilisé par le FBI faces, et le logiciel propose un portrait du personnage.

Dans sa galerie, Brian joseph Davis présente surtout des personnages de romans anglo-saxons, on a ainsi la confirmation que Randal Flagg fait vraiment froid dans le dos et que Lady Chatterley a pas l'air trop jouasse , mais on découvre aussi l'une des icônes de la littérature française : Emma Bovary

A partir des mots de Gustave Flaubert: «Elle était pâle partout, blanche comme du linge ; la peau du nez se tirait vers les narines, ses yeux vous regardaient d’une manière vague. Pour s’être découvert trois cheveux gris sur les tempes, elle parla beaucoup de sa vieillesse. (...) Ses paupières semblaient taillées tout exprès pour ses longs regards amoureux où la prunelle se perdait, tandis qu’un souffle fort écartait ses narines minces et relevait le coin charnu de ses lèvres, qu’ombrageait à la lumière un peu de duvet noir.»

le logiciel nous dresse ce portrait :

THE_COMPOSITES_bovary.jpg

Une fois de plus le technologie nous permet de découvrir une vérité cruelle qui à ce jour nous était restée cachée : Emma Bovary était un thon...

Finalement je gardais de bien meilleurs souvenirs de ma lecture du roman, c'est l'imagination qui faisait naitre le charme.

Après, je dis ça, je dis rien

- page 1 de 4