La revue de stress de Lolobobo

Une revue de blogs, des audiobooks, des calembours à deux balles, et les des chroniques par un blogueur quadragénaire,père de famille, provincial, non influent et complètement à l'Ouest
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Entries for Mot-clé "presse"

Fil des billets Fil des commentaires

Riz henné thé Kiri (ma liste de courses)

, 09:20

Depuis bientôt une semaine, la France se découvre de la sympathie pour François Hollande.

Il est de bon ton pour la France de gauche de le remercier de ce qu’il a fait de bien. Qui pour la loi travail , qui pour le mariage pour tous, qui pour sa gestion du terrorisme et que sais-je encore...

Personnellement je lui dois surtout une chose : avoir arrêté de bloguer sur la politique gouvernementale. En 5 ans, je me suis juste fendu d’un billet contre le projet de déchéance de nationalité, et il a lui-même reconnu que c’était une erreur. Même s’il n’avait jamais été mon candidat de cœur (et d’esprit) j’ai, en 2012, accompagné sa candidature, donc même si certain de ces choix m’ont pour le moins surpris, je me voyais mal tirer sur l’ambulance.

Par contre, dans le bilan de François Hollande, il y a une chose qu’on doit porter au crédit : la réapparition de l’anaphore dans la communication politique. Mais si, rappelez-vous , le «Moi président…» c’est une anaphore un terme répété plusieurs fois pour imprimer une idée forte.

Depuis, tout le monde (ou presque) l’utilise, même Bruno Lemaire a ressorti le concept pendant la primaire de droite, et hier encore, c’est Manuel Valls qui s’est prêté à l’exercice avec son «Rien n’est écrit»

Ce qui est rigolo c’est que cette mise en lumière de l’anaphore transforme en réunion de grammairiens les débats d’analyse politique. Tiens regarde hier soir j’ai zappé par inadvertance sur l’émission de Ruth Elkrief sur BFM, ses chroniqueurs parlaient tellement d’anaphores et de figures de style, qu’un temps, j’ai cru qu’on diffusait la correction de la dictée de Pivot...

Bref François Hollande est le président de la figure de style et de la grammaire mises à l’honneur. C’est bien. (Note au passage que pour sa part s’il devient président François Fillon sera le président de la grand-mère, vu le nombre de vieux qui ont voté pour lui à la primaire, mais c’est une autre histoire).

Hasard du calendrier, ce matin, sur mon mur Facebook, entre les compte rendus et les réactions à la candidature du futur-ex-premier-ministre, c’est glissé un article déniché par mon copain Patoche. Cet article, parle d’une quinzaine de mots qui sortent du dictionnaire de l’académie car tombés en désuétude.

57222ecf35708ea2d4f9d466_1_.jpg

En parcourant la liste, je me suis c’était bien dommage car certains d’entre aux auraient pu être très pratique pour décrire la campagne présidentielle qui s’ouvre :

« Une campagne ou des abuseurs nous assoteraient par leur baladinages en balivernernant et en bretaillant pour dépopulariser leurs adversaires.

Mon pessimisme me pousse à penser qu’aucun finet ne sortira du lot et ne sera imbrisable, la preuve en est que pendant la primaire de droite même le Nestor s’y est fait prendre»

Bien sur, on me répondra que ce genre de posts n’est qu’une piètre œuvre de poétereau larmoyeur picoreur de mots rares qui plutôt que médire ferait mieux de retourner dans les bras de Morphée

C’est pas faux,

Mais avouez quand même que çà a plus de classe que « cette bande de bandit va encore nous baratiner et essayer de nos enfumer, en se maravant la gueule comme des caves ».

Bref, Entre Rabelais et San Antonio je ne sais plus pour qui voter.

Mais comme toujours, ami lecteur, je dis ça, je dis rien

Des amateurs dans les médias

, 22:22

Je ne sais pas amis lecteurs si vous vous êtes déja posé les questions suivantes :

Si vous êtes blogueuse ou blogueur : pourquoi est-ce que je blogue ? quelle est ma légitimité à parler de tel ou tel sujet ? Et si vous êtes lectrice ou lecteur de blog : pourquoi je lis des blog set quel crédit je preste à celle ou celui qui écrit ?

Si ce n’est pas le cas, vous devriez.

pour beaucoup (la majorité); la pratique du blocage est un loisir, une activité annexe, une occasion d’exprimer sa pensé et ses réflexions. c’est aussi une pratique relationnelle une occasion de lancer des conversations épistolaires, de partager des informations, des savoir-faire, des préoccupations.

Mais si on analyse un peu plus loin, c’est aussi l’occasion de devenir un média, un vecteur de communication, un porteur d’opinion.

Personnellement, que ce soit comme blogueur ou comme professionnel de la communication, j’aime de temps en temps, prendre le temps de m’interroger sur le sens de cette activité, pourquoi je blogue, pourquoi les autres blogue s’il qu’est ce que ce que j’écris peut-il bien produire chez ceux qui me lisent…

Il y a quelques années, Yann m’avait fait rencontrer Olivier Tredan, qui à l’époque était étudiant qui préparait son mémoire de doctorat sur le thème des blogs. il avait, à cette occasion, rencontré de nombreux blogueurs, hébergeur de blogs, et autre personnage de la « Blogosphère » et justement son travail consistait à analyser les pratiques du blogage et les parcours des blogueurs.

J’avais trouvé ça passionnant.

Aujourd’hui, quelques années sont passées, et Olivier vient de sortir un livre avec Benjamin Ferron et, Nicolas Harvey dont le titre est : Des amateurs dans les médias Légitimités, autonomie, attachements

amateurs-vignette_1_.jpgje vous fais une copie de la quatrième de couv.

Les pratiques amateur, foisonnantes et hétéroclites, restent largement méconnues, en particulier dans le domaine des médias et du journalisme, alors qu’elles représentent bien souvent une part importante des activités culturelles et sociales. Les recompositions récentes de l’espace public médiatique ont fait émerger la figure du « journaliste amateur », tantôt perçu comme le fossoyeur du journalisme professionnel, tantôt célébré comme un agent de démocratisation de l’expression publique. »

Cette publication entend faire avancer les connaissances empiriques et la réflexion théorique sur ce « journalisme amateur » et les pratiques de diffusion des biens culturels ordinaires par les médias. Les relations entre espaces profanes et espaces professionnels, les médiations techniques et sociales des pratiques amateur, les conditions et les effets de leur inscription dans la durée, constituent autant de points d’entrée privilégiés sur le matériau empirique diversifié de l’ouvrage : les publications alternatives en Tchécoslovaquie, un réseau de médias libres à Mexico, les correspondant locaux d’un titre de presse quotidienne régionale en France, une entreprise de production de logiciels éducatifs en Grande-Bretagne, ou encore des blogs musicaux, de cinéma ou de bande dessinée

À rebours des discours normatifs dont le « journalisme amateur » est le plus souvent l’objet dans des débats publics récurrents, les analyses proposées ici s’appuient sur une étude sociologique fine des individus et des groupes considérés, ainsi que des données de cadrage pour articuler étroitement l’étude des relations entre champs professionnels et espaces amateur, d’une part, et entre les sujets et les objets de leurs passions politiques ou culturelles, d’autre part.

Je vous invite à aller découvrir ce bouquin sur le site de son éditeur ici

Liberté ?

, 21:44

2163691046_53c31d9a90_z_d_1_.jpg

 

Sur ma timeline Twitter

Sur mon blog personnel

Sur Sur mon mur Facebook

J’écris ton nom

 

Sur toutes photos de mon compte Instagram

Dans tous les commentaires laissé sur Tumblr

Par mes likes, mes reposts et mes follow friday

J’écris ton nom

 

Dans les SMS

Dans les MMS

Dans chaque pin de mon pinterest

J’écris ton nom

 

Sur les forum,

Dans les chats,

Sur les flux RSS

J’écris ton nom

 

Sur Ma page d’accueil Netvibe

Sur ma page About me

Dans mes cercles Google plus

J’écris ton nom

 

Sur les compotes de mes friends

Sur et dans le Noise des autres Ellowers

(et même sur TSU ou personne ne le lira)

J’écris ton nom

 

Dans chaque octet envoyé

Dans chaque octet reçu

En peer to peer ou en DL

J’écris ton nom

 

Dans chaque mail envoyé

Dans chaque mail reçu

Et dans chaque fichier de mon Drive

J’écris ton nom

 

Sur chaque photo Flickr

ur chaque vidéo Youtube,

Dailymotion, ou Viméo

J’écris ton nom

 

Sur mon compte linkedin

Sur mon compte Viadéo

et même sur Ebay ou le Bon Coin

J’écris ton nom

 

Par chaque recherche sur wikipédia

Par chaque recherche Google

(voire sur voilà ou même Bing)

J’écris ton nom

Liberté d'expression

 

 

 

...Le petit homme moustachu avec son brassard de la police politique, ornée d'une fort jolie flamme bleu, blanc, rouge, relu péniblement les quelques lignes que j'avais tapée ce soir de mai 2015 avant de les poster sur mon blog.

Et que la petite boite noire installée à la sortie des serveurs de mon fournisseur d'accès à Internet avait stocké attendant patiemment qu'on vienne la consulter pour savoir ce qui pouvait bien se cacher dans les propos des défenseurs de la liberté d'expression.

Il se gratta la tête, signe chez lui d'une difficile tentative de réflexion, et se tourna vers son collègue qui pour sa part épluchait les mails d'un ancien député, de ceux qui avait a l'époque voté la loi sur le renseignement, et dont les engagements semblaient assez loin finalement des objectifs de la nouvelle présidente.

Puis finalement il dit : « on a bien fait de les faire taire, finalement il en racontaient des conneries dés qu'on leur laisser la possibilité de s'exprimer.»

Voilà voilà

Aprés, je dis ça, je dis rien (d'ailleurs ça va devenir plus prudent de rien dire)

 

credit photo

Et si nous allions faire un Tours sur 37° Mag ?!

, 10:43

Si j’étais un yiddish tourangeau le m'empresserai de dire « Mazal Tours !» pour féliciter Matfanus l’heureux papa de 37°mag pure-player microlocal de la Touraine et de l’Indre-et-Loire qui arrive sur le web aujourd'hui.

lancement-37-degres-actu-locales-tours.jpg

L'objectif du projet est de proposer en ligne de l'actualité locale sur les thèmes de Société, sur la politique, la culture ou encore le sport

La structure rédactionnelle est large, allant de la brève d'actu à la vidéo, en passant par le portrait, ou le feuilleton d'actualité.

Les lecteurs sont invités à participer (je vais proposer un CV de faiseur de calembours pourris sur le nom de la ville...) , et les annonceurs locaux qui cherchent un support de qualité pour toucher les internautes de Tours et de son agglomération.

Bon d'un autre coté tu vas me dire que je suis loin de Tours et qu'il y a peut être un peu de copinage dans ce billet...

...ben en fait non, pas trop

Enfin je te laisse juge, Mathieu est un des premiers blogueurs que je j'ai suivi sur le web (a l'époque ou il était un grand promoteur du Picon). Ne me demande pas pourquoi, le hasard des liens croisés sans doute, et depuis lors, il me fait découvrir sur son blog et sa ville des trucs sympas, surprenants, des coups de cœur et des coups de gueule...

Bref, si tu veux en savoir plus sur Tours, c'est la personne à suivre sur le web.

Alors quand il s'entoure d'autres passionnés de sa ville, je me dit qu'il n'y a aucun risque à les suivre.

le patron vous présentait le projet il y a quelques jours sur France Bleu Touraine

Mais bien sur, comme d'hab, je dis çà je dis rien

;)

rien à foutre des bonnes nouvelles (La minute Baba)

, 11:52

savoirrevivre1.png

Ce matin en allant prendre le pain, j'ai croisé la une du journal local. Une info sort en gros : «Il tombe à l'eau et il se noie».

Hier un type est tombé dans la rivière qui traverse la ville, et on l'a retrouvé quelques heures plus tard a quelque centaine de mètres, Mort.

C'est triste, mais d'un autre coté j'imagine mal que si le type n'était pas tombé à l'eau (et ne s'était pas noyé) il n'aurait sans doute pas fais la une du canard local.

Et puis j'ai beau me creuser la tête, je ne pense pas que je journal n'ai jamais fait de une avec une nouvelle de ce type.

Ni un autre journal local ailleurs,

Ni la presse nationale.

On ne voit jamais de une avec «Une boîte fonctionne, bien aucun salarié licencié», «Pas de bombardement dans un pays en paix, aucun mort a déplorer» , «Aucun Tsunami sur les côtes bretonnes aujourd'hui».

C'est sans doute pas vendeur

J'ai un peu peur qu'en temps que consommateur d'actu on en veut un peu pour notre argent, une bonne catastrophe a laquelle nous avons échappé nous rend sans doute plus apte a supporter les petits tracas du quotidien.

Bref

J’avais quand même une nouvelle mignonne a partager. quand j'étais petit il y avait à la maison un livre un peu hippy qui trainait dans la bibliothèque. Ça s'appelait «Savoir revivre», une Encyclopédie du quotidien pour les apprentis baba. Je me rappelle de ce bouquin parce qu'il me donnait l'impression, qu'on pouvait, si on voulait vivre différemment...

Que veux tu je suis un enfant des seventies :)


Son of the 70's - Jammin' - Perou par smoothmusique

Bref, la bonne nouvelle c'est que le bouquin viens d'être réédité, et qu'en plus il est consultable gratuitement sur le web la http://savoir-revivre.coerrance.org/

Peace and love amis lecteur, bienvenue dans un monde ou l'actualité suit le rythme des saisons.

Après je dis ça, je dis rien :) savoirrevivre2.png

- page 1 de 6