La revue de stress de Lolobobo

Une revue de blogs, des audiobooks, des calembours à deux balles, et les des chroniques par un blogueur quadragénaire,père de famille, provincial, non influent et complètement à l'Ouest
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Entries for Mot-clé "scrogneugneu"

Fil des billets Fil des commentaires

Pour en finir une bonne fois pour toute avec les mots en isme

, 10:51

Hier, sur Facebook, je suis tombé sur un post de mon pote le Monsieur Poireau

«réduire le sans-abrisme» ou quand la novlangue nous réinvente ce qui s'appelle simplement trouver un toit.

Il y parle de Novlangue, moi j’y vois un truc bien plus profond et un peu glaçant.

En farfouillant un peu, j’ai supposé que les inventeurs du terme « sans-abrisme » étaient sans doute des cousins québecois, apparemment pour trouver un terme équivalent au terme anglais homelessness. Depuis le mot a essaimé partout dans la Francophonie.

Je trouve çà glaçant.

seul.jpg

Je t’explique ; souvent en français, on utilise le suffixe « -ISME » pour former le nom d’une théorie ou d’un mouvement de pensée, par exemple : Le communisme, le Socialisme, Le Nazisme, le Macronisme...

En fait si on tente une bête analyse sémantique du mot, on peut donc considérer que le « Sans-abrisme » est une théorie.

  • Donc, quand on parle « d’en finir avec le Sans-abrisme », on dit qu’en fait on est face à une construction théorique qu’il faut supprimer.
  • On transforme un problème de société en une sorte de « philosophie du sans-abris »
  • On construit en un mot une théorie il pourrait très bien y avoir ceux qui serait POUR le sans-abrisme ou CONTRE le sans-abrisme.
  • Pour en finir avec le sans-abrisme il suffit donc de refuser l'idée que les sans-abris existent en leur opposant la théorie de ceux qui ont un abris
  • C’est donc bien un un conflit de classe qu’on crée le problème n'est pas le mal logement mais les sans abris, qui comme certains le disent , l’ont bien cherché puisqu’ils ont refusé un hébergement d’urgence pour une nuit (comme si la problématique du logement devait être abordé uniquement en analysant le problème au jour le jour)
  • Et on efface, d’un coup les problématiques diverses des Sans-Abris ; des millions de personnes qui partout dans le monde sont les victimes du mal logement , chacun pour des raisons diverses..

Je trouve ça terrifiant de créer des mots si violents et « politiquement corrects »

Bien sur tu vas me dire que j’exagère, et que le suffixe « -ISME » ne sert pas qu’a définir des théories.

Tu a raison, on l’utilise aussi pour définir des maladies : somnambulisme, saturnisme,...

Effectivement , pour imaginer un tel « barbarisme » il faut être un grand malade.

Bien sur comme toujours je dis ça, je dis rien.

source de l'image

La parentalité selon Miss Zyeux Jaunes

, 20:07

Miss Zyeux jaune, croisant un reportage sur un couple de jeunes parents à la télé :

Finalement, avoir des enfants c'est beaucoup de contraintes, apparemment tu sort plus, tu dois changer leur couches, les nourrir, t'en occuper tout le temps... T'as plus de vie quoi

- Moi - Oui c'est a peut près ça.

- MZJ - Finalement je ferais jamais d'enfants.

- Moi - d'autant qu'il est hors de question que ton père te les garde. D'un autre coté tu as le temps de voir venir

- MZJ - (continuant son raisonnement) Ou alors j'adopterais.

- Moi - Ça change quoi par rapport aux contrainte le fait d'adopter ?

- MZJ - ben tu les choisi à un age ou ils sont plus autonomes.

-- Moi - A oui ! tu les adoptes adultes en fait .

- MZJ - Voilà !

L’homme qui avait inspiré la radio des blogueurs

, 20:27

Quoi qu’on veuille en penser, le monde des blogs, et celui des réseaux sociaux n’est qu’une extension du monde réel, on y rencontre des personnes, on échange avec elles on crée des liens on bati des projet commun, parfois même sans jamais se rencontrer.

Par contre, quand on vient à rencontrer quelqu’un qu’on fréquente sur le web, il se passe un truc étrange, comme on se connaît déjà ont peut reprendre un échange qu’on avait commencé quelques jours, mois ou année plus tôt sans ressentir la gène qu’on pourrait avoir avec un inconnu.

J’avais pris pleinement conscience de çà la première fois ou j’ai rencontré le monsieur Poireau quand il était venu s’installer en Bretagne. Je lui avais proposé de m’accompagner a une rencontre professionnelle organisée par la CCI histoire de lui présenter deux ou trois personnes de mon réseau pro.

  • Et ce jour-là j’ai eu deux révélations la première c’est que çà faisait 10 ans qu’on ce connaissait même si on ne s’était jamais vu.
  • La seconde, c’est que 80 % au moins les personnes que je lui ai présenté ce soir-là ,je les avais moi même contactées suite a des échanges via le blog ou les réseau sociaux.
  • Il y en aurait bien un autre de révélation qui serait que dans la vraie vie des gens iil ne ressemble pas à un légume, mais bon, ceci est une autre histoire.

.On a pas mal parlé de çà, et notre soirée c’est fini sur une phrase :

«Rien n’est virtuel»

Crois moi si tu veux, çà revient souvent dans nos conversations depuis.

Pourquoi je te raconte çà, alors que ça n’a pas grand-chose a voir avec le titre. Attend j’y viens mais laisse moi le temps j’en ai besoin.

Je ne doute pas une minute que tu trouves çà gnangnan, mais j’ai une forme d’affection pour tous ces copains du web, j’ai pour chacun ou presque une anecdote futile sur ces goûts ses intérêt qui m’incite quelquefois a les citer dans un tweet ou un post ou je partage un lien. Et réfléchis-y objectivement tus fais parfois la même chose ami lecteur.

Tiens je te donne quelques exemples

  • Avec Yann on peut partir en boucle et pourrir une timeline en se refaisant tous les dialogues des tontons flingueurs, si c’est arrivé a ta timeline excuse nous, comme le dis le scorpion à la tortue : « c’est notre nature »
  • Avec MaO David et La créature des marais on a fait des courts metrages sans jamais se rencontrer
  • Le coucou, Jegoun et sa bataille du wikio m’ont inspiré le jegounotron (et son E-pouse l’Emanurama:)
  • Jean luc et MaO m’apprennent plein de truc sur la photo
  • Ugo m’envoie de la charcuterie corse et des ondes positives
  • Olivier m’a transformé en prof de fac
  • Quand j’entends un son bizarre je l’envoie à Walter
  • Matfanus m’a fait découvrir Tours avant que j’y mette les pieds, et quand il passe dans le quartier, Dada m’appelle pour qu’on aille casser une graine ou prendre un café
  • avec Nat on partage nos playlist
  • Avec Jérôme on partage des calembours foireux,
  • Entendre Florence & the machine me fait penser a Romain Blachier,
  • et Neeka en live à Esperluette

Et chaque après midi vers 15 heure sur mesenger on prend le temps d’un café pour partager des nouvelles de la journée avec une copine.

Ce ne sont que quelques exemples j’espère que tu ne m’en voudras pas si j’ai oublié de parler de toi, mais si je prenais le temps il y a bien plus d’une centaine d’internaute qui m’a fait don d’un petit bout de ces joie de ces peines de sa vie, Rien n’est virtuel je te dis.

Tu ne vois pas le rapport ?

C’est parce que comme rien n’est Virtuel tu prends ces petits bout de vie dans la tienne, tu es heureux pour celui qui tombe amoureux, ou pour tel autre change de job tu échange des petits mots pour les anniversaires... Tu prends aussi les moments difficile, la maladies, les galères d’amour et d’argent, les soucis scolaires du petit dernier, la maladie, la mort parfois.

Il y a des gens qui disparaissent parfois et qui laisse comme un vide. Sur ta timeline et dans ton cœur. Rien n’est virtuel je te dis.

Puis qu’on en est là je dois te faire un aveux ; j’avais commencé a écrire ce billet le 15 novembre 2015 en fin d’après midi Alain un de ces copains du web, photographe et graphiste de talent venait de mourir On avait passé les 6 mois précédent a échanger plein de message d’infos et de tuto sur le web et sur l’image. Il m’a beaucoup appris sur photoshop moi je lui avait appris deux trois truc en javascrit, çà l’occupait pendant sa chimio.

Mais ces salauds de crabes ne nous laisse pas toujours le choix d’utiliser nos nouveau talents...

Ce 15 novembre je voulais faire un billet sur cette fausse impression de sécurité que nous donne le virtuel et nous fait croire qu’on ne s’intéresse pas a nos interlocuteurs numérique Mais l’actualité, le terrorisme, la peine de la maison France au soir de la perte de mon pote ont remplit les internets et étouffé mon chagrin.

Tiens, rappelles toi cette nuit, pour la première fois Facebook lancé son service d’alerte, peut être t’en souviens tu on pensait avoir perdu Manu.

Tu vois qu’on s’inquiète pour nos copains du web.

Tu vois que rien n’est virtuel et que ces petit bout de vie, qu’on like, et qu’on follow construise aussi la notre.

Bon je vais réussir a la cracher ma Valda ?

A l’été 2010 j’avais lancé une chaîne de blog : la playlist des blogueurs et très rapidement la blogo francophone était devenue musicale.

l’année suivante ils avaient été quelques-uns à m’interpeller pour qu’on relance le jeu, et j’avais bidouillé le player de la radio des blogueurs.

Ce qui est amusant c’est que certains se sont pris au jeu et ont laisser ressortir leur coté DJ tu me croiras si tu veux, ou pas, mais la radio des blogueurs c’est un truc qui fonctionne simplement parce qu’une bandes de blogueur plus ou moins sérieux, qui a un moment ont envie de partager la musique qu’il ont dans la tête. La musique c’est un morceau leur intime et ce partage d’intimité crée des liens parfois surprenants pour celles et ceux qui se prennent au jeu.

djpeter.jpg

Il y en a un qui l’a tellement bien accroché au concept de la radio que pour lui on a inventé le titre suprême et le concept de « Freak » qui chaque est décerné au blogueur participant qui est le plus prolifique dans sa recherche de titre : Pierre

Quand je dis qu’il a inventé la radio, c’est parce que chaque année depuis 5 ans dés les premiers jour de janvier il m’envoie un mail ou il me promet qu’il va envoyer du lourd... et chaque année il le fait. C’est aussi parce que c’est lui qui m’a soufflé par mal d’idées autour du player de la radio. Il a même fait pire une fois, il m’a envoyé tous le staf technique de Daylimotion parce qu’il avait traité d’incapable leur patron a cause de la doc de leur Api de programmation assez peu ergonomique ce qui m’avait fait préférer l’API de Youtube pour bidouiller mes machines couillones, il fait savoir que pierre quand il ne jouais pas les DJ expérimentaux était responsable de multimedia et du numérique pour une des plus grandes maisons d'édition du monde, avec un carnet d'adresse incroyable qu'il m'a ouvert quelques fois.

Pierre c’est aussi le gars qui l’air de rien tout au long de chaque été parcourait le player, découvrait des blogs et commentait , il fait parti de cette petite poignée de blogueurs qui chaque année font vivre le projet par leur présence. Qui chaque année aussi ,alors je me sent de moins en moins légitime pour relancer une saison de la radio des blogueurs vient me botter le cul et me dire que je dois recommencer.

  • Cette Année dans son mail de janvier Pierre m’a dit qu’il enverrait du lourd.
  • Et comme chaque fois, en janvier  il ne m’a pas dit quoi
  • Pour ma part çà fait comme chaque année quelques jours que je me demande s’il y aura une la radio des blogueurs cette année, et que je me dis qu’il va m’envoyer son mel de juin, qu’il l me dira que je fais chier qu’il va envoyer du lourd et que c’est lui le superfreak.
  • Qu’il va me trouver une espèce de morceau semi électro semi expérimental et que j’ai intérêt de la faire cette radi de lété.
  • Et que sans doute je relancerait le bouzin.

Et puis ce matin sur Facebook, il y a un message de Nicolas . Une sale histoire avec Pierre un crabe,et finalement rien qui n’est virtuel

je sais toujours pas s’il y aura une radio des blogueurs je sais par contre qu’il n’y aura plus de superfreak

Rien n’est virtuel tu me manque grand chef

et puisqu’on en est là vous tous les autres, les blogueurs les twitos et autre facebookiens de tout poil et de toute plume, prenez bien soin de vous, étonnamment je vous aime, et rien n’est virtuel

Si non une nui d’avril il y a quelque années on avait tous les deux fait parti de cette bande de couillon qui avaient twitté toute la nuit alors qu’un type parcourait Tokyo a l’envers.

TOKYO REVERSE - TRAILER from Simon Bouisson on Vimeo.

Cherche pas c’est musicalement expérimental

PS : Nicolas, si tu passe par là, et que je fais une RDB2017, promis je mets du Franz Ferdinand et je dis que c’est tacontrib;)

Riz henné thé Kiri (ma liste de courses)

, 09:20

Depuis bientôt une semaine, la France se découvre de la sympathie pour François Hollande.

Il est de bon ton pour la France de gauche de le remercier de ce qu’il a fait de bien. Qui pour la loi travail , qui pour le mariage pour tous, qui pour sa gestion du terrorisme et que sais-je encore...

Personnellement je lui dois surtout une chose : avoir arrêté de bloguer sur la politique gouvernementale. En 5 ans, je me suis juste fendu d’un billet contre le projet de déchéance de nationalité, et il a lui-même reconnu que c’était une erreur. Même s’il n’avait jamais été mon candidat de cœur (et d’esprit) j’ai, en 2012, accompagné sa candidature, donc même si certain de ces choix m’ont pour le moins surpris, je me voyais mal tirer sur l’ambulance.

Par contre, dans le bilan de François Hollande, il y a une chose qu’on doit porter au crédit : la réapparition de l’anaphore dans la communication politique. Mais si, rappelez-vous , le «Moi président…» c’est une anaphore un terme répété plusieurs fois pour imprimer une idée forte.

Depuis, tout le monde (ou presque) l’utilise, même Bruno Lemaire a ressorti le concept pendant la primaire de droite, et hier encore, c’est Manuel Valls qui s’est prêté à l’exercice avec son «Rien n’est écrit»

Ce qui est rigolo c’est que cette mise en lumière de l’anaphore transforme en réunion de grammairiens les débats d’analyse politique. Tiens regarde hier soir j’ai zappé par inadvertance sur l’émission de Ruth Elkrief sur BFM, ses chroniqueurs parlaient tellement d’anaphores et de figures de style, qu’un temps, j’ai cru qu’on diffusait la correction de la dictée de Pivot...

Bref François Hollande est le président de la figure de style et de la grammaire mises à l’honneur. C’est bien. (Note au passage que pour sa part s’il devient président François Fillon sera le président de la grand-mère, vu le nombre de vieux qui ont voté pour lui à la primaire, mais c’est une autre histoire).

Hasard du calendrier, ce matin, sur mon mur Facebook, entre les compte rendus et les réactions à la candidature du futur-ex-premier-ministre, c’est glissé un article déniché par mon copain Patoche. Cet article, parle d’une quinzaine de mots qui sortent du dictionnaire de l’académie car tombés en désuétude.

57222ecf35708ea2d4f9d466_1_.jpg

En parcourant la liste, je me suis c’était bien dommage car certains d’entre aux auraient pu être très pratique pour décrire la campagne présidentielle qui s’ouvre :

« Une campagne ou des abuseurs nous assoteraient par leur baladinages en balivernernant et en bretaillant pour dépopulariser leurs adversaires.

Mon pessimisme me pousse à penser qu’aucun finet ne sortira du lot et ne sera imbrisable, la preuve en est que pendant la primaire de droite même le Nestor s’y est fait prendre»

Bien sur, on me répondra que ce genre de posts n’est qu’une piètre œuvre de poétereau larmoyeur picoreur de mots rares qui plutôt que médire ferait mieux de retourner dans les bras de Morphée

C’est pas faux,

Mais avouez quand même que çà a plus de classe que « cette bande de bandit va encore nous baratiner et essayer de nos enfumer, en se maravant la gueule comme des caves ».

Bref, Entre Rabelais et San Antonio je ne sais plus pour qui voter.

Mais comme toujours, ami lecteur, je dis ça, je dis rien

Génération Putaclic

, 19:00

Un blogueur improductif a publié un article ! son contenu va vous laisser comme deux ronds de flan...

eboueuses.jpg

Lire la suite...

- page 1 de 31