La revue de stress de Lolobobo

Une revue de blogs, des audiobooks, des calembours à deux balles, et les des chroniques par un blogueur quadragénaire,père de famille, provincial, non influent et complètement à l'Ouest
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Entries for Mot-clé "solidarité"

Fil des billets Fil des commentaires

J't'aime et J't'emmerde!

, 11:18

Il y a des jours ou vous passez une porte et ou vous ne savez pas que ça va changer définitivement votre regard sur le monde. Une fois passé le seuil vous rencontrez des gens font changer votre vie.

Ça m'est arrivé un lundi de septembre au début des années 90. En cherchant un moyen de ne pas faire mon service militaire (mon anti militarisme primaire), je m'étais intéressé au service civil, et j'avais choisi de le faire dans une association, tant qu'a perdre 10 mois de de ma vie, autant que ça puisse au moins être un peu utile...

Ce lundi de septembre donc je passait la porte des bureaux d'une association qui travaillait avec des sans domicile fixe. en me disant que j'allais peut être faire quelque choses de bien pour eux.

Ce que j’ignorai a l'époque c'est que je ne ferais pas plus pour eux qu'il ne feraient pour moi

Nous avons avancé ensemble, et finalement je dois plus a celles et ceux que j'ai rencontré qu'ils ne me devront jamais.

La ou j'avais pensé passer dix mois, j'ai passé 10 ans j'ai rencontré des centaines de personnes, celles qu'on accueillent et celles qui accueillent, j'ai partagé des histoires belle, tristes, heureuse, dramatique ou magique, j'ai découvert des gens avec une foi absolue, en Dieu ou en l'homme, j'ai bossé avec des salariés, des bénévoles, des gens de la rue, des anars et des militaires, des militants de droite et de gauche, des femmes et des hommes : des humaniste de tous horizons

J'ai appris des morts et j'ai pleuré, des naissances et j'ai souri, j'ai été invité a des pendaisons de crémaillère, j'ai partagé la nuit la plus longue de l'année avec des sans logis. j'ai vu naitre Un SAMU Social, des centres de soins et des accueils de jour. J'ai sensibilisé des gens au bénévolat et a l'engagement citoyen contre les exclusion. Bref j'ai adapté mon job de communicant a la manière de faire de l'association qui m'avais accepté en son sein.

Je n'ai pas communiqué sur la pauvreté, mais cherché a faire communiquer ceux qui la vivait et la combattaient au quotidien.

Parmi toutes ces rencontres, il y en a qui m'ont marqué plus que d'autre.

Philippe par exemple

J'ai toujours connu Philippe dans la rue.

parfois saoul, parfois non

Je l'ai vu prendre la décision de tous changer, et le faire (ou pas). je l'ai croisé un matin sur le bord de la gare décidant de partir pour Lourdes avec un train de pèlerin, et décider pour le temps d'un pèlerinage de se faire brancardier.

fest_2005_025.jpg

je l'ai vu participer a une fête de quartier et aider une petite fille toute triste à retrouver sa petite voiture égarée.

et nous avons discuté souvent

il y a un truc qui me reste de ces dialogues, souvent quand la colère devient trop grande, quand la discussion touche a des sujet sensible, quand on lui rappelle un rendez vous important avec l’assistante sociale, ou le médecin, il lève le ton, il se redresse il me regarde et de sa voix rocailleuse il me dit «Laurent J't'emmerde !».

La première fois ça ma fait tout drôle, je ne l'attendait pas...

Marianne, l'assistante sociale était a mes cotés, elle l'a regardé elle lui a souri et elle lui a dit : «Nous aussi on t'emmerde Philippe», il a souri, moi aussi

...Le «J't'emmerde » et le sourire sont resté dans nos échange

Un j’t'emmerde de Philippe c'est un sourire, un je t'aime pudique un aveux de faiblesse ou de reconnaissance, une déclaration d'amitié en un mot.

Quand je suis parti pour la Bretagne, on a fait une fête. Philippe et d'autres gars que j'avais croisés étaient la.

il m'a pris dans ses bras et m'a dit «J't'aime et J't'emmerde! prend soin de toi et de tes enfants...»

j'ai fait ça

Depuis je n'ai pas revu Philippe, la dernière fois que j'ai trainé dans les rues de la ville de mon enfance, il n'était pas là.

et puis hier il y a eu un article dans le journal

ph.jpg

Philippe a été hospitalisé en décembre

Pendant qu'il était à l'hôpital, au sein de l'asso chacun c'est activé pour lui trouver un lieu de convalescence (et même avec un peu de chance de résidence, il faut dire qu'il a 72 ans et que ce serait bien qu'il trouve un endroit pour se poser) , mais c'est long et difficile de trouver un lieu de vie.

apparemment trop pour certaines personnes de l’hôpital qui l'on déposé dans la journée du 31 décembre devant les portes du SAMU social vêtu d'une simple chemise d’hôpital.

J'aimerai juste dire «J't'emmerde » au type qui l'a viré de l'hosto avant d'aller réveillonner, histoire sans doute de ne pas surcharger ses stats d'occupation de lit, en se disant que de toute façon les SDF sont fait pour vivre et mourir dans la rue.

mais bien sur, je dis ça, je dis rien! (quoique)

Sandy c'est pas qu'aux zétazunis

, 07:56

L'ouragan Sandy arrivant sur New-York a été la «vedette» de l'actualité des dernières 72 heures.

On aurait presque pu croire qu'on était face au plus grand film catastrophe jamais réalisé par les pros de «l'entertainment».

  • Le décor, la plus grande ville du monde
  • Le déclencheur l'un des plus grand ouragans jamais vu
  • Les héros (involontaires) les habitants de la ville réunis face à l'adversité.

Certain magiciens de photoshop ont même imaginé les images chocs de cette superproduction

La scène de la tempête derrière la statue de la liberté

sl-fake1.jpg

Les requins dans wall-street (rien de très nouveau en fait)

requin-ny-fake.jpeg

La tempête et la statue de la liberté (pour la scène comique du film, idéalement c'est a ce moment la que ben Stiller ou Billy Crystal font une apparition éclair au générique) sl-fake2.jpg

Et puis on a un budget colossal a faire pâlir Hollywood ( on parle de 20 milliards de dollars)

Bref, on est a un tel niveau de d'actu spectacle qu'on en oublie presque l'ampleur de la catastrophe.

On oublie même qu'avant de toucher l'un des plus riches pays du monde, Sandy est passée et a semé la désolation dans les caraïbes.

Non pas que les américains ne méritent pas toute notre attention et notre compassion, le drame de l'ouragan Katrina il y a quelques années nous a montré qu'aucune nation n'était mieux préparée qu'une autre face au colères de dame nature.

Mais, qu'il y a quelque jours, dans un silence assourdissant Sandy c'est aussi abattue sur Haïti.

  • Un des pays les plus pauvre du monde (le plus pauvre ?)
  • Qui a subit des tremblements de terres et des tempêtes
  • Qui est entièrement dépendant de l'aide internationale pour survivre.

et que finalement personne n'en a parlé.

ou presque.

C'est pourquoi les équipe du secours catholique (présente sur place depuisle tremblement de terre) ont souhaité nous proposer quelques photos (pas photoshopées) pour vous faire le compte rendu de la situation haïtienne au lendemain du passage de Sandy qui a fait une vingtaine de morts et détruit une grande partie du peu d'infrastructures du pays.

sandy-haiti-elodie-periot-sc.jpg

c'est à lire et a voir sur leur site web

Après, je dis çà, je dis rien.

Je suis un grand malade

, 08:07

tetevide.jpg

Oui ami lecteur, je suis un grand malade.

Tu me diras que tu t'en doutais un peu à la lecture de textes comme le beach rugball, ou à l'utilisation de mes couilloneries (comme les a affectueusement baptisées Falconhill) que sont le générateur de bios ou l'amphigouriquator.

Pourtant ce n'est pas ça dont je veux te parler, mais de l'orthographe de mes billets.

Tu n'auras pas manqué de remarquer qu'aucun de mes écrits ici n'est exempt de fautes.

  • Peut-être aura tu mis cela sur le compte d'un apprentissage de la lecture par la méthode globale (ben non, j'ai appris avec la méthode du béaba.
  • Peut-être auras-tu mis cela sur le compte de la pauvreté de mes lectures (Ben non, depuis que je sais lire je lis un ou deux bouquins par semaine).
  • Peut être penses-tu que mon correcteur d'orthographe et déficient (non le mal qui me ronge est juste plus subtil que lui).
  • Peut-être as tu une autre explication, rassure toi depuis près de 35 ans il n'y a pas une seule personne que j'ai rencontré qui ne m’ait proposé une très bonne explication pour expliquer mon handicap.

Mais en fait non.

Je souffre de ce qu'on appelle la dysorthographie (et j'ai découvert çà il y a finalement peu de temps).

La dysorthographie, pour (essayer de) faire simple, est comme tous les troubles en «dys» (dyslexie, dyscalculie, ...) un trouble des apprentissages de base.

Comment t'expliquer ça, une sorte impossibilité d'apprendre les règles les plus simples (même si paradoxalement on peut maitriser les règles plus complexes, de la grammaire ou la conjugaison).

C'est assez compliqué à comprendre pour les gens «normaux» , je vais essayer de te décrire les symptômes. Je connais la plus grande partie des règles de grammaire. par contre je suis dans l'incapacité de les mettre en œuvre au moment la production d'un écrit. Si on prend par exemple cette phrase que j'écris et que tu lis. je l'imagine, je la vois dans ma tête, je sais a quel temps quel mode et quel personne je l'écris, mais je suis tout à fait incapable de te dire à quoi elle va ressembler au moment ou je l'aurai écrite. c'est ainsi que tu trouveras (et facilement en plus non pas trois fois la même faute dans un de mes textes, mais trois variantes différente d'un même mot)

Pire comme (souvent) la dysorthographie s'accompagne d'un peu de dyslexie (la capacité à lire aisément), ainsi mon cerveau (le fourbe) est capable de mettre en place des «rustines» qui font qu'au moment de la relecture, il occulte les fautes pour rendre le texte compréhensible.

Donc je peux imaginer un texte, l'écrire, le relire (plusieurs fois) le valider et ne réaliser que bien plus tard qu'il reste farci de fautes et de contresens.

C'est démoniaque.

Quand j'étais petit, j'ai le souvenir de longues après-midis, à préparer des dictées, à les faire et à les refaire (en «inventant» de nouvelles fautes à chaque réécriture) pour finir par faire en classe des fautes nouvelles.

Chacun de mes écrits est une réinvention complète de la langue.

Si c'est pas de la créativité çà mon bon monsieur :) .

Ne va pas croire que je cherche ton indulgence, tu as parfaitement le droit de penser que je me fout de toi quand tu es face à un texte a l'orthographe innovante ;)

C'est juste qu'il y a quelques mois, au cours d'une conversation avec ma compagne et des amis, le sujet des «dys» est ressorti et que je ne sais plus qui m'a dit ce serait intéressant que j'en témoigne. Parce que malgré ce handicap je m'obstine, à écrire et a bloguer.

Donc non, je ne cherche pas de ton indulgence. j'ai réussi a vivre très bien sans pendant des années.

Imagine ; toute ma scolarité j'ai été un élève plutôt bon, pas brillant, mais curieux avec des notes plutôt bonnes (à part en orthographe).

Et c'est ça qui est dramatique, c'est qu'on peut être dys, non dépisté et avoir une scolarité (presque) normale, si on arrive à faire exception des petits camarades qui vous éclaboussent de toute la grandeur leur orthographe. des profs qui vous affirment au moment de vous rendre votre copie que vous n'avez pas assez bossé votre dictée, et des parents qui impressionnés par vos capacités scolaires par ailleurs ne comprennent pas (et ne cherchent pas non plus à comprendre) pourquoi au milieu de cette mer de notes largement au-dessus de la moyenne se glissent des notes pitoyables en orthographe.

Ce que j'aimerai faire comprendre c'est que pour un «dys» , lire, écrire, compter ou apprendre certains mouvements, c'est un peu comme bâtir sur du sable, il y a un truc mal foutu au niveau des fondations, qui fait que tout ce que tu peux construire au dessus est voué à s'effondrer.

Ce qui est rigolo (si si) c'est que durant toute ma scolarité (et même de ma vie d'adulte) , personne (même pas moi) ne c'est douté de ma dysorthographie.

Mes petits camardes ont continué à me charrier, mes profs à me rendre de magnifiques zéro, mes parents ont réussi à se convaincre que j'étais nul en orthographe et qu'il n'y avait rien à y faire . et moi, j'ai décidé que peu m'importait la douleur des pupilles de ceux qui me lisent.

J'ai décidé que j'avais le droit d'écrire, de m'exprimer, d'utiliser toute la richesse de la langue pour écrire des conneries et produire des machines à couillonnades.

Et c'est le hasard qui m'a fait découvrir le nom de ma maladie. C'était il y a quelques années, je donnais une formation dans un centre social. et parmi mes «éléves» il y avait une jeune femme. Le hasard à voulu qu'elle soit orthophoniste, qu'elle m'explique un peut son boulot, et qu'elle décide de me tester.

je me suis découvert dysorthographique à plus de 30 ans.

Comme tu le vois je ne suis pas guéri (je ne me suis pas soigné, honte a moi) mais je connais mon mal, j'en connais les symptômes.

Je voudrai juste rajouter deux choses.

Tout d'abord, te remercier ami lecteur de venir me lire malgré tout.

Deuxièmement t'inviter à être attentif aux gamins autour de toi qui apprennent à lire et a compter. si malgré les longue séances d'apprentissage par cœur et de répétitions, il y a des choses qui refusent de rentrer dans leur petite tête blonde (ou brune, ou rousse, ou chauve). Il y a peut être quelque chose a faire de différent pour que ça marche mieux.

Si si.

J'ai deux enfants à qui j'ai refilé une partie de mes tares. Sauf qu'avec madame Lolobobo nous avons pris la peine de nous interroger et d'aller voir des personnes pouvant leur proposer des méthodes alternatives pour solidifier les fondations. et que (chez les enfants) les résultats sont généralement rapides et stupéfiants.

J’espère même que quand ils seront vieux et blogueurs, d'ici 20 ou trente ans, il n'auront pas de gentils commentateurs pour leur ressortir le Bescherelle dans les commentaires.

Sinon, il y a quelques jours, c'était la journée des Dys.

Après, je dis çà, je dis rien.

La semaine des paradoxes alimentaires

, 06:47

La semaine de tous les paradoxes

J'écoutais la radio hier et j'ai appris que c'est la semaine du goût, pendant une semaine, des cuisiniers vont aller à la rencontre des gens pour leur faire découvrir de nouvelles saveurs et manger mieux.

hasard du calendrier , aujourd'hui c'est la journée mondiale de l'alimentation, et le programme alimentaire mondial nous raconte l’histoire de Molly une petite fille pour qui les repas scolaires ont tout changé.

Demain enfin, c'est la journée mondiale du refus de la misère, l'occasion de célébrer ceux qui de par le monde luttent contre l'injustice la pauvreté et la faim.

C'est bizarre de voir comme dans la médiatisation permanente dans laquelle on trempe, on arrive à ne plus être surpris qu'en l'espace de quelques heures on puisse zapper de l'histoire de ceux qui ne mangent pas à leur faim à celle de ceux qui cuisinent mieux.

Après, je dis çà je dis rien

«Ensemble nous sommes plus forts!» le thème du Blog action day 2012 #blogactionday12

, 19:31

bad12tthemeslider.png

Voila plusieurs jours que je me demande comment traduire le thème du blog action Day 2012 :« The power of We»

Il me semble que «Ensemble nous sommes plus forts» pourrait être une traduction pas trop malhonnête pour cette chaine mondiale de blog.

C'est quoi le blog action day ?

Le blog action day est une initiative née en 2007, qui propose chaque année, au blogueurs du monde entier de proposer a l’occasion d'une journée (à la mi octobre) un billet sur un thème commun.

Ainsi depuis 2007 des milliers de blogs sur tous les continents ont parlé de thème comme l'environnement, la pauvreté, le changement climatique, l'eau ou l'alimentation.

Cette action est l'occasion pour les blogueurs, de lancer le débat, de partager des expérience (a l’échelle planétaire ou locale) de faire des couvrir des initiatives, des personnes, des lieux et des histoires autour d'un thème commun.

Cette année, le thème mis en avant au cours des présélection qui a eu lie pendant l'été est «The Power of We».

cette année c'est quand le Blog action day?

Cette année le blog action day aura lieu le 15 octobre!

Comment on participe ?

Pour participer, il suffit de :

et qu'est ce que je vais bien pouvoir écrire sur le thème «The Power of We» ?

Je vous fait entièrement confiance pour trouver cette journée est l'occasion de parler de personnes qui font le choix de travailler ensemble pour faire aboutir un projet.

  • les blogueurs société pourront partager un projet social,
  • je ne doute pas une minutes que les blogueurs politique trouverons le moyens de nous toucher deux mots des mouvement populaires qui ont marqué la planète ces derniers mois.
  • Je connais des nerd qui se feront un plaisir de nous parler de logiciels libre,
  • et des geek qui parleront des copains qu'ils se sont fait dans la fille d’attente de l'Apple store ;).
  • qui sait si des littéraires ne lanceront pas un cadavre exquis géant ?
  • si des blogueurs culinaire qui nous parleront de recette et de diné partager
  • ou des blogueurs parents qui nous causeront de crèches associatives
  • ...

Vous pourrez mettre en avant des initiatives locale, comme planétaire, raconter des morceau d'histoire.

Je vous fait confiance, vous avez tous un témoignage d'une expérience collective à partager :)

Et il y a vraiment des gens qui participent à ce truc ?

Je veux qu'il y a du monde a l'heure ou je t'écris nous sommes déjà 785 blogs de 82 pays, et parlant 41 langues. a être inscrit pour l'édition 2012, et l'an dernier, se sont plus de 20000 billets de blogs qui ont été écrits...

Alors viens, participe, blogue aussi le 15 octobre : parce que «Ensemble nous sommes plus forts!»

- page 2 de 4 -