Skip to content

6

Oui je sais ce que tu vas me dire : si j’avais fait attention cela ne me serait pas arrivé.

Mais laisse-moi te raconter cette histoire, c’est édifiant concernant la mauvaise foi ou le manque totale de réflexion de certains « créateurs » de sites.

L’histoire commence au siècle dernier.

A l’époque je travaille pour une association qui intervient dans le champ social, mon job consiste à faire de la communication en interne et en externe. Je fais entre autre l’interface entre des travailleurs sociaux, des administrations, des collectivités territoriale et des bénévoles.

Comme souvent, dans ce type de métiers, les différents intervenants utilisent des sigles, et comme souvent, ils ne se comprennent pas.

Il me vient alors une idée toute simple, créer un répertoire de sigles du social avec leurs définitions.

Au début c’est un simple répertoire qui traine sur mon bureau et que tout le monde peut consulter.

Quelques années plus tard, au moment où internet se démocratise et ou je commence a concevoir des sites web, je profite d’un peu de temps libre pour en faire une liste accessible sur internet. Et encore un peu plus tard, au moment de la création de Passeurs-de-savoirs.fr j’en fais un petit moteur de recherche qui permet de trouver le définition d’un sigle.

Le site s’appelle le Glossaire du social et permet a quelques milliers d’utilisateurs cha semaine de trouver les définitions de sigles auquels ils sont confrontés au quotidien. Pour moi c’est une assez bonne vitrine du savoir faire de l’agence. Bien sur, je continue à prendre sur mon temps libre pour compléter la base et pour répondre au questions des utilisateurs. Il m’arrive même de passer un peu de temps pour répondre aux sollicitations d’internautes qui cherchent un définition précise qu’ils ne trouvent pas aillleurs.

Ça n’a l’air de rien, mais quand on fait le compte ça représente quand même un peu de temps chaque année pour maintenir ce site à jour. En calculant les deux années passées j’ai estimé ça à a une semaine par an... et comme l’an dernier j’étais surchargé de travail j’ai décidé de suspendre le site. Je n’ai donc pas renouvelé le nom de domaine lorsqu’il est arrivé à son terme.

Au début de l’été, un copain m’a fait la remarque que je devrais peut-être imaginer de faire revivre le glossaire peut être sous une forme moins contraignante.

Et ce matin, je découvre qu’une boite a relancé le site le glossaire du social.

Pourquoi pas.

Sauf que ces braves gens ne se sont pas contentés de reprendre le nom de domaine :

  • Ils ont aussi repiqué l’intégralité de la base (y compris ses erreurs)
  • et les quelques articles du blog.
  • L’ensemble des textes de présentation (au mot près)

Sans bien sur :

  • me contacter en amont
  • Me demander s’il pouvait reprendre les contenus
  • Faire un lien vers le site d l’agence ce qui aurait été un minimum.

Je suis juste sidéré.

Je me sens comme un gentil voyageur cybernétique qui se fait braquer au coin d’un bois numérique.

Certains internautes sont super gonflés, ou inconscients du droit d’auteur (ou peut être un peu des deux)

En fait ce qui me dérange, ce n'est pas du tout qu'un gars fasse un site qui fait exactement la même chose que le mien, ni qu'il reprennent un nom de domaine que j'ai abandonné.

Ce qui me choque, c'est que le gars s'approprient un projet que j'accompagne depuis 20 ans sans prendre la peine de me demander mon avis.

bref je suis sur le cul et il fallait que je vous le raconte

 

 

Photo : TheDigitalWay

Il y a bientôt une quinzaine d'années je m'étais mis en quête d'un système de publication pour ce blog. J'avais un temps hésité entre WordPress et Dotclear pour finalement faire le choix de dotclear.

Si tu te demande pourquoi, je te dirais que j'avais trouvé dotclear plus simple et plus clair dans son interface, qu’en plus il était en français et que le code était bien plus propre.

C'est toujours aussi vrai

Tu vas me poser une question, je le sais : «si dotclear est tellement mieux pourquoi passer à WordPress ?»

C'est tout simple. Depuis 15 ans les outils de publication web ont beaucoup évolués. Ce que wordpress n'a pas en simplicité, il le compense par son énorme communauté d'utilisateurs, son nombre affolant d'outils et de plugins qui lui on permis en 15 ans de devenir la principale plateforme de publication pour le web.

Et çà a changé mon quotidien, parce que de plus en plus je suis amené dans le cadre professionnel à travailler avec des sites qui tournent sous wordpress et en parallèle, je me fais de plus en plus rare ici. Je suis donc moins attentif aux nouveautés et évolutions de dotclear. C'est donc plus par raison que par envie que je fais migrer mon site.

Au fait juste histoire que ce ne soit pas qu'un article de geek en plus essaye de le lire un peu comme une parabole.

Bien souvent quand on décide de migrer, ce n'est pas par envie.

C'est par nécessité.

Toi je sais pas, mais moi c'est le genre de réflexion qui me donne envie d'ouvrir des ports et des portes.

Après il y a un truc qui ne change pas : je dis çà, je dis rien

1

Ami lecteur, tu connais mon handicap et mon militantisme (qui me poussent même parfois jusqu'à la mauvaise foi, je te le concède) concernant la dyslexie.

dydalone.jpg

C'est un sujet sur lequel on me pose beaucoup de questions et on me fait beaucoup de remarques.

Plusieurs fois par semaines j'entends :

  • Comment ça marche ?
  • Comment un dys lit-il ?
  • C'est quoi la différence entre un dys et une personne normale ?
  • Bon pour de vrai, de toi a moi, en fait le concept de dys, c'est une invention des gens cons comme des manches, ou trop fainéants pour apprendre à (lire / écrire / compter / parler,.) bien...

Je comprends que soit difficile à comprendre, en particulier dans un pays ou nous avons la croyance collective d'être tous les fils spirituels de Descartes, Pascal et Victor Hugo (alors qu'en fait notre plus grand point commun c'est de hurler « on est des champions » en cherchant des tutos broderie du Youtube

Il y a quelques mois, deux chercheurs de Rennes ont fait une découverte capitale ; La dyslexie pourrait venir d'un manque de synchronisation des yeux (je te laisse lire l'article) et c'est vrai que vue de l’intérieur, c'est un peu ce qu’on ressent : On a l'impression que l’œil va plus ou moins vite que le cerveau, ou que la main écrit trop ou pas assez vite par rapport à nos pensées)

C'est très dur d'expliquer la dyslexie à quelqu'un qui n'en souffre pas, l'idéal serait de pouvoir le montrer.

Heureusement le grand Ternet mondial propose des projets assez géniaux pour vous faire rentrer dans la tête des dys. Depuis quelques années j'utilise un chouette outil développé par Victor Widell : Dsxyliea.

C'est une page internet qui te permet de comprendre ce sentiment, souvent exprimé par les dys, que les « lettres se mélangent » pendant la lecture.

dydalone2.jpg

va donc essayer, c'est intéressant.

Et ce matin je viens de découvrir une affiche réalisée par la graphiste canadienne Alexandra Mercier pour l'antenne de l'association internationale contre la dyslexie en Ontario.

Affiche de leximercier sur behance

J'adore (d'autant que je découvre le terme épellation que je n'ai pas l'occasion d'utiliser tous les jours)

Je dirais bien que cette découverte tombe au poil... Mais vous me traiteriez de dys 🙂

Après, comme toujours, je dis ça, je dis rien.

Il y a des mots qui nous font rêver. Ou, du moins s’ils ne font pas rêver qui nous projettent dans une sorte d’imaginaire collectif.

Prends par exemple le mot « start-up » quand tu l’entends, tu penses à toutes ces boites qui se sont montées dans un garage ou sur une table de cuisine et à leur réussite. Du moins à la réussite de leurs fondateurs. Parce que c’est ce qu’on médiatise beaucoup.

Alors quand tu entends un candidat à la présidentielle qui te dit :

« Une start-up nation est une nation où chacun peut se dire qu’il pourra créer une start-up. Je veux que la France en soit une »,

ben tu te dis que oui, c’est le sommet de la coolitude

Parce que dans ta tête, une start-up c’est une boite qui part de rien pour devenir un projet incroyable.

Ce qui est ballot, c’est que ce faisant tu fais abstraction du « coté sombre » de l’esprit start up

  • par exemple tu fais complètement abstraction de toutes les start-ups qui se sont lamentablement plantées.
  • Tu fais complètement abstraction des salariés de ces boites qui se sont lamentablement plantées.
  • Tu fais aussi abstraction de ses boites qui quand elles se présentent te disent qu’elles sont des start-up, et, qui quand tu regardes leur organigramme de plus près, n’ont pour « employés » que ses stagiaires avec un statut on ne peut plus précaire. Tu n’y crois pas, vas jeter un œil sur la page Facebook de génération précaire, c’est édifiant.

En fait une start-up, si c’est loin d’être une histoire de réussite, c’est souvent une histoire de management par le stress.

Le management par le stress c’est cette manière complètement dingue et indécente de gestion du personnel qui vise à pousser les employés à fournir constamment le meilleur d’eux-mêmes en les mettant en concurrence, en valorisant la réussite, en dénigrant L’échec, et en donnant au salarié la pleine et entière responsabilité de l’échec du groupe.

Le management par le stress c’est dire : si tu n’arrives pas à faire ce qu’un autre a réussit, tu es nul.

Ce qui pourrait être amusant, si ce n’était pathétique, avec cette méthode, c’est que pour le pseudo manager qui utilise cette méthode, il suffit qu’un seul de ses subordonnés réussisse à tenir un objectif inatteignable pour que l’incapacité des autres soit inacceptable.

Dit comme çà c’est monstrueux, n’est-ce pas.

keepcalm.jpg

Alors faisons un saut d’un peu plus d’un an en arrière.

Quand on nous a promis un start-up nation, on nous a bien parlé des « premiers de cordées » qui créeraient leur « start-up » pas de ceux qui seraient derrière.

Et, tu diras sans doute que je suis cynique, mais si je fais une relecture de la dernière année dans la La start-up nation, j’ai un peu l’impression que ce qu’on y met en avant c’est plus le management par le stress que la « succes-story ».

Quand on vois ces lycéens qu’on envoie passer leur bac alors qu’on vient de leur dire que Parcoursup n’a rien à leur proposer.

  • Quand on explique à des retraités qu’il doivent payer plus parce qu’ils on déjà bien trop reçu
  • Quand on prend chaque mois 5 euros aux plus pauvres sur leurs prestations sociales tout en rendant u « trop perçu » aux plus riches
  • Quand on ramène un mouvement de grève des cheminots à une simple revendication salariale, alors que dans leurs revendications il y a aussi une volontés de défendre le service public.
  • Quand on traîne devant les tribunaux des personnes qui ne font preuve que d’humanité.

Je te laisse compléter la liste je suis sur que tu en trouveras d’autres,

Bref quand on incite l’ensemble de sa population à prendre individuellement la responsabilité de sa situation du pays.

On ne garde de l’esprit start-up que le mauvais management des ressources humaines en faisant fi de tout le reste.

On demande toujours plus sans jamais reconnaître les effort on humilie les plus fragiles pour voir jusqu’où peut aller leur capacité d’acceptation, de renoncement.

Mais tu vas me dire que je suis une langue de vipère.

d’un autre côté tu me connais.

Je dis ça, je dis rien.

advertisements-building-cars-34639.jpg

La publicité comportementale est une méthode de ciblage publicitaire sur internet.

C'est ce qui fait par exemple que si vous faites une recherche sur un moteur de recherche, ou si vous consultez une fiche produit sur un site marchand, vous allez voir apparaitre parmi les publicités qui s'affichent dans votre navigateur des propositions correspondants (plus ou moins bien) a vos intérêts.

Certes il existe des bloqueurs de publicités qui permettent de faire disparaitre toutes les annonces publicitaires (ou presque). Cependant, comme vous le font judicieusement remarque de nombreux sites, la publicité fait aussi partie de le leur modèle financier.

Vous êtes donc libre de ne pas accepter la publicité, mais vous pouvez aussi faire le choix, de l'accepter, tout en essayant de limiter un ciblage trop précis de vos habitudes, ce qui peut parfois être flippant.

Depuis quelques années, certaines régies publicitaires ont décidé de définir une sorte de "code d’étique" (oui je sais régies publicitaires et code d'étique ça fait bizarre dans une même phrase), et vous proposent non pas de ne pas vous diffuser de pub, mais de ne plus vous proposer de pubs "comportementales", c'est-à-dire que vous continuez à voir des annonces publicitaires, mais que celles-ci ne sont pas "optimisées" pour vous.

 !!! La publicité comportementale comment ça marche ? Quand vous allez sur un site qui diffuse de la pub (ou qui contient le marqueur publicitaire d'une marque ou d'une régie). La régie enregistre dans un cookie le fait que vous avez visité ce site qui fait partie de son réseau de diffusion. Par la suite, sur les autres sites faisant appel à cette régie (ou a ses partenaires) vous allez voir apparaitre de la publicité correspondant à des produits que vous avez consultés (ou a des produits similaires ou complémentaire)

Certaines régies ont fait le choix de se regrouper au sein d'outils aux noms rassurants comme Your Online Choices, WEBCHOICES, ou encore Network Advertising Initiative.

Ces trois sites vous proposent des listes de régies participants à leur programme et vous permettent de créer sur leur plateforme un cookie qui va leur indiquer que vous ne voulez pas de cookies "comportementaux".

Attention : la protection n'est pas permanente, comme tout est stocké dans des cookies, lle non concentement au ciblage est effacé dès que vous videz le cache de votre navigateur.

On a bien dit que les annonceurs s’essayaient à l'étique, pas qu'ils devenaient des saints 😉