Skip to content

Chaque jour, par facilité, nous utilisons des sigles, le revenu minimum d'insertion devient RMI, l'agence nationale pour l'emploi l'ANPE, le directeur des ressources humaines, le DRH, l'assistante sociale ; l'AS.

A la facilité, fait ensuite place la paresse intellectuelle, a quoi bon traduire les sigles, puisque nous les comprenons tous ?

Enfin, comble du raffinement vient le snobisme qui fait que le sigle et son utilisation deviennent systématiques et sont le signe auditif de reconnaissance d'une caste d'initiés, qui savent les décoder sans faute et inventer des néologisme comme par exemple érémiste (allocataire du RMI)… C'est mon coté, Indira Gandhi qui m'avais poussé il y a quatre ans à vouloir démystifier ces signes d'appartenance à une caste supérieure avec le glossaire du social. C'est aujourd'hui mon coté Don Quichotte désabusé qui m'amène à sourire en écoutant ceci

A l'heure ou j'écrit , il y a en France Il y a 86 500 personnes sans domicile fixe, (c'est-à-dire dont on ne sait absolument pas ou elles habitent)

200 000 personnes ont pour résidence principale une chambre d'hôtel.

41 000 personnes habitent une cabane, une épave de véhicule ou tout autre logement de fortune.

100 000 personnes sont hébergées chez des proches de façon précaire

500 000 personnes vivent en habitat précaire ou provisoire ; en sous location en meublé

On sait aussi que prés de 1 300 000 personnes habitent des logements dépourvu des commodités de bases, c'est-à-dire qu'il non ni toilette, ni douche, voire aucun des deux.

Et enfin 1 300 000 personnes vivent en situation de surpeuplement critique, c'est-à-dire que leur appartement est correct, mais ou ils sont trop nombreux.

Ça fait quand même beaucoup de monde pour une population de 62 000 000 d'habitants !

des chiffres et de êtres sur le site de L'insse

la pochetteCe qui est fascinant sur Internet c'est comme on arrive à retrouver tout et n'importe quoi. (souvent n'importe quoi d'ailleurs.), et parfois, au détour d'une page web on se retrouve plongé dans un flot furieux de réflexions diverses et variés.

Par exemple, la semaine dernière, je farfouille les web radios et je tombe sur le Message une chanson de Grandmaster Flash du début des années 80 (lointaine époque ""que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître le rap en ce temps la s'appelait Hip-Hop et non pas pipeau', je précise ça pour les incultes qui pensent qu'a l'époque on ne parlait que verlans). J'écoute, et puis j'écoute plus attentivement et puis je me dit que le message est clair, que l'exclusion, la "ghettoisation" et tout ce genre de choses c'est pas tout neuf et puis que le message de révolte des rappeurs de l'époque était reste et risque de rester encore un moment d'actualité...

Je vous laisse juges

The Message - Grandmaster Flash & The Furious Five

La version traduite par Google (uniquement pour ceux et celles qui ont beaucoup d'imagination)

Un club de strip-tease américain a tenté de contourner une interdiction de présenter des spectacles de nu intégral en fournissant à ses clients des crayons et un carnet de croquis, et en disant que ces soirées strip-tease étaient des cours de dessin.

les policiers du cru n'ont pas apprécié que les patrons du susdit club croient que le commissariat était une charcuterie et les policiers des andouilles.

l'info sur Yahoo! Actualités

Alexis Lemaire a réussi à extraire mentalement la racine treizième d’un nombre de 200 chiffres un exploit exceptionel. on apprend un peu plus loin dans l'article que le jeune homme étudie l'informatique.

A quoi ça lui sert lui, dites moi d'étudier l'informatique si le calcul d'une racine trésiemme ne l'arète pas. il à qu'a calculer de tête.

prenons un gars normal (ou presque) comme moi non seulement le suis pas capable de calculer de tête 23x56+2, mais en plus je ne sais même plus ou j'ai rangé ma calculatrice. Qu'on ose me dire que les hommes sont égaux àprés ça !

la vrai infos sur Sciences et Avenir