Skip to content

1

Miss Zyeux jaune, croisant un reportage sur un couple de jeunes parents à la télé :

Finalement, avoir des enfants c'est beaucoup de contraintes, apparemment tu sort plus, tu dois changer leur couches, les nourrir, t'en occuper tout le temps... T'as plus de vie quoi

- Moi - Oui c'est a peut près ça.

- MZJ - Finalement je ferais jamais d'enfants.

- Moi - d'autant qu'il est hors de question que ton père te les garde. D'un autre coté tu as le temps de voir venir

- MZJ - (continuant son raisonnement) Ou alors j'adopterais.

- Moi - Ça change quoi par rapport aux contrainte le fait d'adopter ?

- MZJ - ben tu les choisi à un age ou ils sont plus autonomes.

-- Moi - A oui ! tu les adoptes adultes en fait .

- MZJ - Voilà !

Je te le disais il y a deux semaine,on a lancé un nouveau blog avec MaO. : «Un regard à la Fenêtre» histoire de voir si on était encore capable d'écrire des petites histoires drôle et cyniques. De notre point de vue, même si on est un peu (trop) rouillés, on s'en sort pas trop mal par rapport a la catastrophe à laquelle on s'attendait. si tu veux Tu iras lire et tu nous diras ce que tu en pense.

Ce qui est amusant, c'est que ce lancer dans cette nouvelle aventure (çà fait 8 ans que je n'avais pas créé de blog perso) m'a poussé a aller farfouiller dans les archives, et c'est rigolo. En fait en 2006 quand la revue de Stress a vu le jour dans sa version actuelle les réseaux sociaux c'était les blogs.

  • Ça veut dire qu'on publiait souvent (parfois plusieurs fois par jours) juste pour partager un article une mélodie, un avis, ou un état d’âme,
  • Le blog était l'endroit ou on racontait ce qu'on faisait, ou on partageait ses découvertes,
  • Les commentaires des blogs, étaient l'équivalent des like,
  • et quand quelqu'un voulait répondre à un truc que tu disait dans un billet il faisait un billet sur son blog en faisant un lien sur le tien.

En fait les réseaux sociaux ont changé deux trucs,

  • tout d'abord on a externalisé nos contribution au web en les regroupant sur Facebook ou Twitter.
  • et ensuite on est devenus paresseux intellectuellement en préférant cliquer sur un pouce bleu ou un cœur rouge pour dire qu'on apprécie un truc plutôt que de le commenter.

Attention ce billet n'est pas un truc en mode "vieux con" (ou alors juste un peu) je dis pas que le web c’était mieux à l'époque ou il était plein de blogs, non, çà veut juste dire que la manière dont on communique sur le web évolue, on explique moins pourquoi on partage, on analyse moins, on partage de l'info et c'est au lecteur de s'en débrouiller.

Et finalement c'est quand même un peu dommage, parce qu'avant quand je notais un truc ici je savais que je le retrouverai facilement, en plus je prenais le temps d'expliquer pourquoi donc, ami lecteur tu comprenait ou je voulais te mener.

Je vais peut être essayer de revenir plus souvent ici en fait.

Par exemple, il y a quelques semaine, on m'a fait découvrir Angèle une jeune chanteuse belge, et je suis tombé sur cette reprise de Bruxelles de Dick Annegarn, j'ai toujours beaucoup aimé cette chanson, mais je trouve que cette version est pleine de fraicheur.

et je me dis qu'il y a quelque années j'en aurais fait une douceur du lundi.

🙂

Sinon ce matin on a ouvert une fenêtre chez Anne et Denis , je dis çà je dis rien

Je ne vais pas m'essayer à faire de la concurrence à @melclalex , qui est bien plus doué que moi pour les citations du dimanche,

Comme j'ai a peu prés la mémoire d'un poisson rouge quand il s'agit de citer un texte je retiens plutôt d'une citation son sens que l'ensemble de ses mots.

Ça me permet de m'émerveiller sur l'éloquence de certains auteur de manière régulière

Bref, j'aime bien les citations "parce qu'elles donnent de l'éloquence à ceux qui n'en n'ont pas " (de tête je crois que c'est de Connan Doyle. d'un autre coté, Voltaire l'a dit aussi mais de manière plus rigolote).

Sinon, deux trois trucs que j'ai trouvés tout mimi ces dernières semaines.

En plus Je suis sur que çà pourra vous servir histoire de vous la péter dans les repas de famille, devant la machine à café ou sur les réseaux sociaux 🙂

hugo-o1.jpg

Il y a un peu plus de 10 ans, les réseaux sociaux n’avaient pas pris la place qu’ils ont aujourd’hui sur le web. Généralement si on avait quelque chose a dire on ouvrait un blog, si on voulait découvrir un truc on allait lire un blog. Et quand on voulait réagir on commentait, ou on postait un billet de blog avec un lien sur le post original. Au lieu de regarder ce qui avait été publié sur Facebook ou sur Twitter on suivait les nouveaux billet des blogueurs dans Netvibe ou Google Reader.

Bon tu me diras que rien n’a changé, qu’il y a toujours des blogs et des blogueurs. C’est vrai mais finalement je m’aperçoit que beaucoup des blogueurs avec qui je bloguais à l’époque ont arrêté de bloguer, fermé leurs blogs ou même disparu complètement de la surface du web.

Tu me diras que moi mème je suis passé de plusieurs billets par jours à quelques billets (même pas top) par an.

Il y a quelques mois en papotant avec MaO des vertus du gratin dauphinois, et du pourquoi on ne bloguait plus on c’est fixé un challenge : écrire un blog a 4 mains en proposant chaque semaine 2 billets avec une photo et une micro histoire. Bref un blog avec de belles photos et des fictions qui se lisent en moins de 5 minutes On espère de tout cœur vous donnera autant de plaisir à lire que nous avons à l’écrire.

Aujourd’hui vous avez rendez-vous avec Luce si j’osais je vous dirais que çà peut être sympa de suivre aussi le compte twitter et la page Facebook ou vous trouverez pleins de goodies

bonne lecture

C'est amusant les vœux, chaque année les premiers jours de janvier sont l'occasion d'un cérémonial ou on se souhaite le bonheur, la santé, l'argent.

Ce qui est dommage c'est qu'a force d'être échangés à tour de bras, avec moult poignées de mains et/ou chastes bises sur les joues, ils contribuent à la propagation de la grippe saisonnière.

Au temps pour la santé.

Quand à l'argent, comme les voeux suivent les explosions de seuil de carte de crédit de Noël , qu'ils précédent les atomisation de découvert autorisés des soldes, et qu'il coïncident avec l'augmentation légale de nombreux services produits et taxes ... comment dire, c'est pas gagné.

Reste le bonheur, sachant que le malheur des uns fait le bonheur des autres on peut supposer que la réciproque est vraie. on va quand même pas vous souhaiter d'être heureux au détriments des autres.

Bref, pour peu qu'on souhaite que les échanges de voeux soient plus qu'un mantra qu'on répète à l'envie jusqu'à ce qu'on de convinque qu'on y croit vraiment. C'est dur de trouver une formule de voeux vraiment efficace.

Par contre, ce qui est bien en 2018, pour peu qu'on croie aux signes, c'est que les symbole de l'amour et de l'infini s'y trouvent.

Je vous souhaite donc tout ce que vous voudriez qu'on vous souhaite, et surtout, de vous aimer, d'aimer et d'être aimé infiniment.

voeux-2018-Lolobobo.fr