On parle souvent de sale Guerre, comme si par un étrange hasard, il en existait des propres (de guerres). Le problème est de savoir comment montrer qu’une Guerre est sale. L’infographie, nous donne les clefs d’un nouveau monde numérique ou les images parlent plus que des mots. Le projet « face of the dead in Iraq », initié par le New York Times,donne en une image, une carte et quelques graphiques l’ampleur du gâchis du conflit Irakien.

Cette page Web montre une mosaïque représentant la photo d’un soldat américain décédé en Irak. Et chaque point de cette mosaïque correspond a une des victime. En conclusion la qualité des images de la mosaïque est proportionnellement lié au nombre de militaire américains tué en Irak. Plus il y aura de mort, plus l’image sera nette, et plus clair sera le bilan de la « Busherie » (excusez le jeu de mot facile ) qu’est ce « non-conflit » puisque rappelons le, toutes ces mort se sont produite après la fin des combats. Finalement il y a des jours ou je préfère les photos flou.

La page 2 de ce projet Donne des chiffres et des statistiques qui font froid dans le dos. Près de 400 mort a ce jou en 217 semaines de conflit mais peu être préférerez vous connaître les statistiques sur le dernier mois, sur une période donnée, ou découvrir stupéfait que plus de la moitié des morts avaient moins de 25 ans. Face a de tels chiffres, on se croirait sur les stats Google Analyticsdu blog de madame la mort… putain y’a du visiteur, beaucoup de trackback et c’est sans commentaire… Enfin sur la même page, une carte des USA montre sus forme de point le tribu payé par chaque état américain à ce conflit, des point plus ou moins gros comme autant d’impacts de balle criblant le cœurs de ce pays…

Comme quoi, permettez-moi un dernier jeu de mot con : On ne se méfie jamais assez des trous de balles qui nous gouvernent…