La revue de stress de Lolobobo

Une revue de blogs, des audiobooks, des calembours à deux balles, et les des chroniques par un blogueur quadragénaire,père de famille, provincial, non influent et complètement à l'Ouest
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Entries for Mot-clé "joli"

Fil des billets Fil des commentaires

Le savoir c'est à la fois beaucoup et très peu

, 19:13

A l'heure au j'écris ces lignes, MM2P est en train de passer son bac, avec cette petite angoisse qu'ont tous les lycéens pour leur avenir.
Il a déjà choisi sa fac, et n'a plus besoin que de son sésame pour passer la porte de l'université.
Certes tout çà ne me rajeunit pas, mais çà fait naitre plein de sentiments et reflexions.

Pour moi qui suit autodidacte et dont le métier consiste a trouver des solutions à des problèmes très concrets liés à la communication, le travail universitaire est une source d’émerveillement et d'inspiration permanente. Ce que je trouve génial dans le travail des doctorants, ou des enseignants chercheurs, c'est cette capacité a analyser des sources, à mettre du sens sur des choses qui nous touche plus ou moins au quotidien.

Prends les blogs, par exemple. Il y a quelques années avec Yann nous avions rencontré un doctorant qui travaillait sur le phénomène du blogage. D'un coté nous lui avons un peu servi de cobaye, d'un autre coté, la masse de travail, d'études et de résultats qu'il a produit  m'ont permi de mettre le doigt sur des problématiques, du blogage et du web social au quotidien, des interactions entre internaute, des outils de veille et de transmissions du savoir.

Le travail des doctorants aide à çà : donner du sens a nos actions , de l'ouverture sur le monde et le savoir

De chacun de nos échange, de la lecture de ces travaux, je tire chaque fois une meilleure compréhension de mon métier.  bref, le travail des doctorants aide à çà : donner du sens à nos actions, de l'ouverture sur le monde et le savoir...  En parallèle, chaque thèse commencée ou publiée agrandi le cercle du savoir humain, et, à terme d'une manière ou d'une autre nous sert a tous. C'est vrai pour la communication qui est mon domaine de prédilection, çà l'est tout autant  pour les autres champs de la connaissance. en donnant à la recherche la possibilité de s’intéresser a des domaines qui au premier abord, ne nous semble pas primordiaux, on a a plus ou moins long terme une chance de faire se développer le savoir de chacun.

Il y a quelques jours, je suis tombé sur un très chouette dessin de Matthew Might, un enseignant de l'université de l'Utah qui chaque année accompagne des doctorants dans leur travail de thèse. Pour expliquer ce qu'est un "docteur" il a fait le petit dessin suivant, et comme il a eu la bonne idée de le rendre disponible sous licence creative commons  BY-NC 2.5, une doctorante québecoise Sara Mathieu-C. en a fait une version française pour le blog Thesez-vous

Ce qui me permet de vous le présenter ici.

j'aime beaucoup, çà aide a relativiser ce qu'on sait ou qu'on pense savoir. et çà montre aussi qu'a petit coups de têtes d'épingle ce que chacun de nous apprend, peut a un moment servir à tous les autres autre, n'hésitez pas à le reprendre et à le partager ce dessin est une bien belle définition je trouve.

...Keep pushing!

 

 

 

Riz henné thé Kiri (ma liste de courses)

, 09:20

Depuis bientôt une semaine, la France se découvre de la sympathie pour François Hollande.

Il est de bon ton pour la France de gauche de le remercier de ce qu’il a fait de bien. Qui pour la loi travail , qui pour le mariage pour tous, qui pour sa gestion du terrorisme et que sais-je encore...

Personnellement je lui dois surtout une chose : avoir arrêté de bloguer sur la politique gouvernementale. En 5 ans, je me suis juste fendu d’un billet contre le projet de déchéance de nationalité, et il a lui-même reconnu que c’était une erreur. Même s’il n’avait jamais été mon candidat de cœur (et d’esprit) j’ai, en 2012, accompagné sa candidature, donc même si certain de ces choix m’ont pour le moins surpris, je me voyais mal tirer sur l’ambulance.

Par contre, dans le bilan de François Hollande, il y a une chose qu’on doit porter au crédit : la réapparition de l’anaphore dans la communication politique. Mais si, rappelez-vous , le «Moi président…» c’est une anaphore un terme répété plusieurs fois pour imprimer une idée forte.

Depuis, tout le monde (ou presque) l’utilise, même Bruno Lemaire a ressorti le concept pendant la primaire de droite, et hier encore, c’est Manuel Valls qui s’est prêté à l’exercice avec son «Rien n’est écrit»

Ce qui est rigolo c’est que cette mise en lumière de l’anaphore transforme en réunion de grammairiens les débats d’analyse politique. Tiens regarde hier soir j’ai zappé par inadvertance sur l’émission de Ruth Elkrief sur BFM, ses chroniqueurs parlaient tellement d’anaphores et de figures de style, qu’un temps, j’ai cru qu’on diffusait la correction de la dictée de Pivot...

Bref François Hollande est le président de la figure de style et de la grammaire mises à l’honneur. C’est bien. (Note au passage que pour sa part s’il devient président François Fillon sera le président de la grand-mère, vu le nombre de vieux qui ont voté pour lui à la primaire, mais c’est une autre histoire).

Hasard du calendrier, ce matin, sur mon mur Facebook, entre les compte rendus et les réactions à la candidature du futur-ex-premier-ministre, c’est glissé un article déniché par mon copain Patoche. Cet article, parle d’une quinzaine de mots qui sortent du dictionnaire de l’académie car tombés en désuétude.

57222ecf35708ea2d4f9d466_1_.jpg

En parcourant la liste, je me suis c’était bien dommage car certains d’entre aux auraient pu être très pratique pour décrire la campagne présidentielle qui s’ouvre :

« Une campagne ou des abuseurs nous assoteraient par leur baladinages en balivernernant et en bretaillant pour dépopulariser leurs adversaires.

Mon pessimisme me pousse à penser qu’aucun finet ne sortira du lot et ne sera imbrisable, la preuve en est que pendant la primaire de droite même le Nestor s’y est fait prendre»

Bien sur, on me répondra que ce genre de posts n’est qu’une piètre œuvre de poétereau larmoyeur picoreur de mots rares qui plutôt que médire ferait mieux de retourner dans les bras de Morphée

C’est pas faux,

Mais avouez quand même que çà a plus de classe que « cette bande de bandit va encore nous baratiner et essayer de nos enfumer, en se maravant la gueule comme des caves ».

Bref, Entre Rabelais et San Antonio je ne sais plus pour qui voter.

Mais comme toujours, ami lecteur, je dis ça, je dis rien

Monica ou la grande classe

, 11:39

Hier sur Facebook, je vois que Fabrice à posté un article sur Monica Lewinsky

vanityfair-monica.jpg

D'abord je trouve çà surprenant Fabrice n'est pas de ceux qui postent du people

Ça m'intrigue, alors je suis le lien, je lis...

et la la claque

C'est pas de la pipolerie graveleuse, c'est intéressant courageux, lucide, avec un beau travail d'analyse sur cette culture de l'humiliation qui s'impose partout via les réseaux sociaux...

Çà interroge sur le monstre sans visage dont nous sommes une partie qui a toujours besoin d'un bouc émissaire...

Sur le pouvoir des intellectuels du partage, du commentaire de merde du like et de la viralité.

Ça mérite d'être lu

Avant d'éteindre tous les écrans...

et d'aller parler d'amour,de confiance et de bonheurs à venir

Après je dis çà, je dis rien

Prenons un verre

, 10:16

Je profite du 14 juillet pour faire un premier Bilan de la radio avec une cinquantaine de participants pour un peu plus de 70 contributions, merci à tous.

Et puis comme c'est jour de célébration et de fête populaire je ne résiste pas à l'envie de vous inviter à prendre un verre avec Kurt Schneider et ses potes...

...Et a faire de la musique

Après, je dis çà, je dis rien

Passer des fonds de vers aux fonds de verres (comme on passe du coq à l'Ane)

, 21:19

J'ai souvent eu l'occasion de travailler avec des étudiants et des doctorants.

Finalement j'aime beaucoup çà, car a travers leurs sujets d'études il arrivent a mettre du «sens» sur de nombreuses choses sur lesquelles nous, simples béotiens ,ne prenons même pas la peine de nous interroger.

En plus, souvent ces études et projets de recherche qui nous semblent obscurs trouveront une utilité à moyen, long, voire très long terme...

Sauf que pour nous qui ne sommes pas doctorants, tout cela est très confus.

C'est pour ça que cette année, le CNRS et la Conférence des présidents d’université on eu l'idée d'adapter un concept venu de l'unniversité australienne du queensland : «Three minute thesis» en francisant le titre : Ma thèse en 180 secondes

L'objectif de ce concours est de proposer a des doctorants de présenter à un auditoire de profane en trois minutes, un exposé clair, et convaincant sur son projet de recherche. avec l'appui d'une seule diapositive !

Un chalenge et un beau concours d'éloquence et de pédagogie, qui a été remporté par Marie-Charlotte Morin thésarde au sein de l’Institut de génétique, biologie moléculaire et cellulaire de l’Université de Strasbourg :

Je vous donne le sujet de sa thèse : «rôle des protéines lin-15A et rétinoblastome dans la reprogrammation cellulaire directe in vivo chez C.elegans»

et je la laisse vous expliquer :


Grosso modo si je simplifie elle a découvert une cellule dans le rectum d'un ver qui a la capacité de muter pour devenir une cellule neuronale, le tout sans aucune stimulation chimique extérieure...

A première vue on voit pas bien a quoi ça sert, mais en fait, grâce à la compréhension du fonctionnement des cellules de ce ver, on pourra peut être un jour, réussir a créer des cellules neuronales humaines a partir d'autre cellule d'un patient (pas obligatoirement issues de son trou du cul je vous rassure) qui permettront de "remplacer" des cellule deficientes; on pourra par exemple ainsi luter contre les maladies dégénératives comme la maladie de Parkinson ou la maladie d’Alzheimer ...

Ben expliquer tout ça (et se faire comprendre) en trois minutes, moi je dis chapeau bas...

Et pourtant ce matin au bar du coin, j'ai vu mieux

J'ai croisé Jojo, qui lui aussi passe ses journée au comptoir à scruter des fonds de verres ;)

Et en moins de 30 secondes il m'a trouvé une explication sur la montée des vote extrémiste en Europe, digne d'un chercheur de Science Po, en suivant grosso modo le même raisonnement que Marie-Charlotte Morin

Jojo m'a regardé (l’œil un peu torve quand même) et il m'a dit : «En fait ceux qui votent pour les fachos, c'est des espèce de trou du cul qui se prennent pour des cerveaux !»

Ben faire une analyse politique de ce niveau en une phrase... Moi je dis Chapeau bas !

En plus çà trouve instantanément une application pratique en matière d'analyse politique a un sujet de thèse un peu abrupt...

Après, je dis ça, je dis rien

- page 1 de 11