Skip to content

12

Oui je sais ce que tu vas me dire : si j’avais fait attention cela ne me serait pas arrivé.

Mais laisse-moi te raconter cette histoire, c’est édifiant concernant la mauvaise foi ou le manque totale de réflexion de certains « créateurs » de sites.

L’histoire commence au siècle dernier.

A l’époque je travaille pour une association qui intervient dans le champ social, mon job consiste à faire de la communication en interne et en externe. Je fais entre autre l’interface entre des travailleurs sociaux, des administrations, des collectivités territoriale et des bénévoles.

Comme souvent, dans ce type de métiers, les différents intervenants utilisent des sigles, et comme souvent, ils ne se comprennent pas.

Il me vient alors une idée toute simple, créer un répertoire de sigles du social avec leurs définitions.

Au début c’est un simple répertoire qui traine sur mon bureau et que tout le monde peut consulter.

Quelques années plus tard, au moment où internet se démocratise et ou je commence a concevoir des sites web, je profite d’un peu de temps libre pour en faire une liste accessible sur internet. Et encore un peu plus tard, au moment de la création de Passeurs-de-savoirs.fr j’en fais un petit moteur de recherche qui permet de trouver le définition d’un sigle.

Le site s’appelle le Glossaire du social et permet a quelques milliers d’utilisateurs cha semaine de trouver les définitions de sigles auquels ils sont confrontés au quotidien. Pour moi c’est une assez bonne vitrine du savoir faire de l’agence. Bien sur, je continue à prendre sur mon temps libre pour compléter la base et pour répondre au questions des utilisateurs. Il m’arrive même de passer un peu de temps pour répondre aux sollicitations d’internautes qui cherchent un définition précise qu’ils ne trouvent pas aillleurs.

Ça n’a l’air de rien, mais quand on fait le compte ça représente quand même un peu de temps chaque année pour maintenir ce site à jour. En calculant les deux années passées j’ai estimé ça à a une semaine par an... et comme l’an dernier j’étais surchargé de travail j’ai décidé de suspendre le site. Je n’ai donc pas renouvelé le nom de domaine lorsqu’il est arrivé à son terme.

Au début de l’été, un copain m’a fait la remarque que je devrais peut-être imaginer de faire revivre le glossaire peut être sous une forme moins contraignante.

Et ce matin, je découvre qu’une boite a relancé le site le glossaire du social.

Pourquoi pas.

Sauf que ces braves gens ne se sont pas contentés de reprendre le nom de domaine :

  • Ils ont aussi repiqué l’intégralité de la base (y compris ses erreurs)
  • et les quelques articles du blog.
  • L’ensemble des textes de présentation (au mot près)

Sans bien sur :

  • me contacter en amont
  • Me demander s’il pouvait reprendre les contenus
  • Faire un lien vers le site d l’agence ce qui aurait été un minimum.

Je suis juste sidéré.

Je me sens comme un gentil voyageur cybernétique qui se fait braquer au coin d’un bois numérique.

Certains internautes sont super gonflés, ou inconscients du droit d’auteur (ou peut être un peu des deux)

En fait ce qui me dérange, ce n'est pas du tout qu'un gars fasse un site qui fait exactement la même chose que le mien, ni qu'il reprennent un nom de domaine que j'ai abandonné.

Ce qui me choque, c'est que le gars s'approprient un projet que j'accompagne depuis 20 ans sans prendre la peine de me demander mon avis.

bref je suis sur le cul et il fallait que je vous le raconte

 

 

Photo : TheDigitalWay

Quand j’ai lancé ce blog il y a une grosse dizaine d’années, j’y ai mis toute sorte de choses qui m’intéressaient :

De la musique (bien sûr) des podcasts, des réflexions (très) personnelles sur la politique et la société et des trucs plus liés à mon boulot, ou aux multiples bidouillages qu’internet permet de faire.

Parfois ces bidouillages ont un objectif sérieux, parfois moins (c’est ce que l’ami falconhill appelle fort justement et avec affection des couillonneries).

Mais dans tous les cas de figure, c’est pour moi l’occasion de découvrir des trucs et des astuces de programmation qui trouvent à un moment ou a un autre une application pratique dans les réalisations web que fait pour mes clients.

À l’époque où je réfléchissais à la création l’agence web de passeurs de savoirs. Ma copine Nat m’avait fait une remarque fort judicieuse, quand tu fais un article sur des trucs du web on n’y comprend pas grand-chose, ce n’est pas assez grand public.

J’avais alors créé un blog plus « geek » consacré au web, les nouvelles de l’atelier. et un endroit un peu fouille ou je posais des démos et des exemples : le lab.

pagelabo.jpg

J’ai pris un peu de temps cet été pour mettre de l’ordre dans tout çà. et je suis en train de réorganiser le lab.

Vous y trouverez des trucs utiles, des trucs futiles, mais je l’espère pratique qui vous simplifieront le web.

c’est là que ça se passe http://passeurs-de-savoirs.fr/lab/

1

(Ça c'est du titre original)

Je suis sur que ça vous est déjà arrivé, vous rentrez un jour dans un magasin de bricolage, pour acheter un truc (disons par exemple un mitigeur de douche) et vous ressortez avec plein de trucs en plus (et parfois vous oubliez même le mitigeur de douche).

Et bien il m'est arrivé un truc comme ça la semaine dernière, j'étais entré dans un magasin de bricolage (justement pour acheter un mitigeur de douche) et j'en suis sorti avec le sujet de cet article... (c'est dingue tout ce que peux trouver dans ces grandes surfaces)

Alors que j'entrais dans le rayon plomberie je suis tombé nez à nez avec Jacky et Faya

handichien1.jpg

Enfin dans le cas de Faya, c'était plutôt nez à truffe.

Parce que Faya est une jeune golden retriever, Jacky est pour sa part bénévole famille d’accueil de l'association Handi’Chiens.

J'avais entendu parlé de ces gens qui s'engagent à former un chien pour qu'il puisse par la suite accompagner une personne handicapée moteur dans son quotidien, par l'ami Gwendal qui s'était essayé à l'expérience, et j'en ai profité pour questionner Jacky sur le rôle des familles d'accueil.

Une Famille d'accueil de l'association, s'engage a accueillir pendant 16 mois un chiot golden retriever ou labrador et à le dresser à accomplir des taches aussi diverse que ramasser un objet, ouvrir ou fermer un placard,accompagner son maître quand il fait des courses ou effectue une transaction ,aboyer pour prévenir d'un problème.

Pour arriver a accomplir ce "dressage", la famille d’accueil se rend une fois toutes les deux semaines dans un centre de formation de l'association pour faire le point sur les apprentissages et apprendre comment inculquer au chien de nouvelle tache. L'apprentissage se fait "tout en douceur" avec des récompenses pour chaque nouvel acte que le chien réussi.

L'ensemble des coûts de cet accompagnement (achat du chien alimentation, frais vétérinaires, salaires des permanents de l'association, etc.), sont intégralement pris en charge par l'association, la famille d’accueil pour sa part s'occupe socialisation et la pré-éducation.

En effet le but est de former les chiens pour qu'il puissent se comporter idéalement en tous lieux et en toute circonstance.

Au terme des 16 mois, le chiens, rejoint un des centre de formation de l'association ou il va parfaire leur éducation (au terme de 6 mois de stage, le chien maitrisera 52 commandes)

handichien2.jpg

Nous avons parlé de cette expérience un long moment avec Jacky (pour sa part, Faya c'est allongée a ses pieds et à suivi sagement notre conversation...), il m'a dit tout le plaisir qu'il a a s'impliquer dans ce projet qui permet a des personnes de trouver plus d'autonomie grâce à leur compagnon, et m'a rappelé que l'association cherchait des familles d’accueil prêtes à s’engager dans ce projet, et aussi de donateur pour financer les actions de l'association.

Alors je me suis dit que parmi les lecteur de ce blog, certain serait peut être sensible et motivé par le projet d'Handi Chiens. Si vous voulez en savoir plus, n'hésitez pas à consulter leur site, vous y apprendrez tout (ou presque) sur les missions de l'association, le parcours des chiens , le rôle et l'engagement des familles d'accueil.

Plus d'infos ici:
Le site web de l'association Handi’Chiens

2

Wall street est le symbole de l’économie de marché, d'une forme de rêve américain ou tout le monde peut gagner de l'argent.

et depuis quelques semaines Wall street est occupé par les exclus par celles et ceux qui ont tout perdu.

Ils sont les 99 pour cent.

  • ceux qu'on a expulsé de leur maisons
  • ceux qui doivent faire le choix de faire leur courses ou de payer leur loyer,
  • ceux qui ne peuvent plus se soigner
  • ceux qui souffrent de la pollution industrielle
  • ceux qui travaillent pour des salaires de misère.
  • ils sont ceux qui ne feront jamais partie du un pour cent des américains qui se partagent les richesses du pays symbole de la réussite du capitalisme.

Pour témoigner de leurs histoires, il les écrivent sur un bout de papier et se prennent en photo avec ce texte qu'ils postent sur le blog We are the 99 percent.

We_Are_the_99_Percent.jpg

  • comme ce couple d'enseignants, tous les deux salariés mais avec 80 000 dollars de prêt étudiant à rembourser
  • comme ces membres d'une communauté autogérée qui ne veulent plus rien avoir a faire avec la société de consommation
  • Comme ce gamin de 16 ans malade que la mutuelle de ses parents ne prend en charge qu'a 0,5% et dont la mère de 43 ans est obligée de prendre un deuxième boulot dans un fast food pour pouvoir payer ses soins.
  • Comme ces personnes qui à l'aube de leur retraite sont obligées de vendre leur maison et d'aller vivre chez leurs enfants
  • Comme cette jeune salariée qui malgrés son travail et ses dizaines d'heures supplémentaires par semaine ne peut pas trouver un appartement à louer et quitter la maison familiale.
  • ...

Ils vivent partout aux États-Unis.

Et sur une feuille de papier il écrivent leur détresse , il livrent leurs espoirs, ils soutiennent la mobilisation à wall street et témoignent d'une autre face du rêve américain.

1

coupe-du-monde.jpg

L'idée n'est pas de moi mais de Marco, qui trouve que le nom de mon nouveau jouet est tout pourri !

Le gagnant aura recevra toute ma considération et un sachet de caramels au beurre salé.

A oui on a les cadals qu'on mérite, je n'ai pas des centaines de sponsors qui se pressent à la porte de ce blog moi (ceci est un appel du pied).

Le principe du jeu :

  • Proposer un nom sympa (et d'une tonalité bloguesque, comme ce fut le cas pour le Jegounotron et l'Emanurama) pour remplacer OPML2HTML qui fait un peu trop "austère".
  • Publier un billet avec un lien sur ce billet ( http://lolobobo.fr/index.php?post/2011/04/15/un-concours-Nom-de-Nom ) pour défendre sa proposition avec un commentaire pour le signaler).
  • Ou mettre un commentaire sous cet article avec le nom et le pourquoi.

Je ramasse les copies vendredi prochain (le 22 avril à midi) , et je me réuni avec Iboux (jurée d'office pour l'occasion) et je donne les résultat le lundi suivant (le 25 avril).