Skip to content

5

Ne va pas faire de mauvais esprit, je ne parle ni de longueur ni de diamètre, juste de marketing politique.

Il y a quelques semaines, quand en Allemagne des personnes sont décédées à cause de la bactérie Escherichia Coli, et que quelqu'un a dit que ça pouvait peut être venir d'un concombre espagnol, personne n'a douté un instant que çà puisse être vrai.

Il faut dire que depuis plusieurs années on entend parler de méthodes de culture assez spéciale de l'autre coté des Pyrénées*,alors on ne s'est pas trop étonné que le mal puisse venir d'Espagne.

Quelques jours plus tard il apparait que les concombres espagnols ne sont pas ces tueurs sanguinaires qui veulent la mort de la population allemande, mais que le coupable est un soja germé.

Pourtant le mal est fait, la dernière fois que j'ai fait un tour au rayon fruits et légumes de mon super marché, les produits espagnols (pourtant si présent d'habitude) avaient disparu des étals. En interrogeant le type du rayon sur cette absence de végétaux ibériques j'ai appris que c'était «parce que les clients n'ont plus confiance» et que «L'histoire des concombre est dans la tête des clients, alors les gens de la centrale d'achat même s'il on confiance dans les grossiste et es producteurs ont préféré se recentrer sur des produits d'ici, le concombre Espagnol ça inquiète les clients».

Vendredi dernier après le rebondissement de l'affaire DSK, certains cadres du parti socialiste se sont exprimé sur le fait que reculer la date de dépot des candidatures au primaire seraient une bonne chose, que le retour de DSK dans la couse était à envisager. (Yann, fait un très bon résumé de la situation).

J'ai bien peur pourtant que DSk soit un peu comme un concombre Espagnol.

Oui les «clients» savent bien qu'il a d’immense qualités, mais ça fait des années qu'une image «d’homme à femmes» lui colle à la peau, tant et si bien que personne (ou presque) ne s'est étonné de l'affaire du Sofitel. Même accusé a tord, l'image a marqué le grand public. et même si le parcours politique, du bonhomme est sans fautes, même si on peut supposer qu'il a quelque chose à apporter au pays, j'ai bien peur que certaines ménagère de moins de cinquante ans (ou sa fille, ou son mari, ou son teckel à poil ras,...) ne trouve pas très présidentiel cette attitude de «séducteur», en d'autres lieux et d'autre temps çà avait déjà beaucoup nui à Clinton.

De plus, vu le niveau ou vole la pré campagne présidentielle, je ne doute pas une minutes que certains chef de rayons de la concurrence n’hésiteront pas a mettre en avant certaine rumeur désagréable pendant la campagne.

Moi si j'étais cadre à «la centrale d'achat», je ne m'empresserai pas de remettre mon produit en rayon, ou du moins pas en «tête de gondole».

il ne faudrait pas qu'un vrai projet politique soit estompé par l'image qu'on se fait de celui qui le porte

► * le texte de Claude-Marie Vadrot est paru originalement dans Politis en 2007 ► l'image d’illustration vient (bien sur) de

1

...avec beaucoup de mauvais esprit :

Je m'amuserai à détourner le propos du nouveau ministre du budget.

Dans l’excellente émission de vulgarisation politique 2012 Portraits de campagne consacré à François Baroin diffusée il y a quelques jours, Valérie Trierweiler l’interrogeait sur son rôle d'élu local.

Fichier vidéo intégré

Sur la différence entre les fonctions d'élu local et de ministre François Baroin dit :

qu'être élu local :

  • que «c'est la vrai vie»,
  • C'est «la chose la plus passionnante»,
  • qu'on peut «Etablir un lien avec une population exceptionnelle»,
  • et que « la priorité est ici car ici c'est concret».

si on a l'esprit tordu on peut donc comprendre exactement l'inverse de ce qu'il a dit c'est a dire, qu'être ministre :

  • Çà n'a aucun rapport avec la vie des gens,
  • que ce n'est pas passionnant,
  • qu'on est complétement déconnecté de la population,
  • et que ce n'est pas une priorité car c'est abstrait.

Mais ce ne serait même pas drôle, ce serait juste cynique.

De plus, si j'étais un blogueur de gauche cynique (qui fait du mauvais esprit) je me poserai des questions sur le rebondissement du jour dans l’affaire DSK.

Je trouverai bizarre,

  • Qu’après la tempête à gauche qui a permis a certains de dire des horreurs et à d'autre de s'allier à de nouveaux candidat à la primaire.
  • Que deux jours aprés le début officiel du dépôt des candidature socialiste,
  • Qu'au lendemain de la nomination de Christine Lagarde au FMI...

les lourdes accusation contre DSK prennent du plomb dans l'aile. Ce serait quand même bizarre qu'un DSK revienne et pris d'un coup de folie se jette à corps perdu dans la course aux primaires, les remportes, tant on a dit aux socialistes qu'il était le candidat messianique.

Et que pendant la campagne présidentielle qui suivra les primaires :

  • on puisse reparler de ses affaire de quéquette,
  • du manque d'engagement de ses proches soutiens politiques,
  • ou que la nouvelle présidente du FMI puisse parfois jeter des petites phrases sur la gestion de la crise financière par son prédécesseur.

parce que si j'étais un blogueur de gauche cynique qui fait du mauvais esprit, je serais en plus un peu paranoïaque.

Ce qui m'inquiète vraiment dans tout ça :

C'est qu'en fait je suis vraiment un blogueur de gauche cynique qui fait du mauvais esprit

il faut que j'aille me faire soigner.